Visite à forte odeur de gaz pour le président français en Algérie

Le président Macron en visite en Algérie pour trois jours entend « refonder » durablement une relation abîmée par des mois de brouille mémorielle entre les deux pays, a-t-on assuré à l’Elysée. En effet, Emmanuel Macron veut poursuivre son entreprise d’apaisement des mémoires après les commémoration de 60 années des accords d’Evian.

Il est accompagné pour la circonstance par l’historien Benjamin Stora, auteur d’un rapport sur le sujet.  Le chef de l’Etat abordera au cours de ce déplacement également les grands enjeux des relations diplomatiques entre la France et l’Algérie, notamment sur la question de la guerre en Ukraine et surtout sur l’approvisionnement en gaz des Européens.

Si le grand rabbin de France, Haïm Korsia d’origine algérienne, devait être également de la partie, et annoncé comme faisant partie du voyage, jeudi, à la dernière minute, on l’annonce atteint du covid-19.

Sa venue en Algérie devait constituer un événement puisque il s’agissait de la première fois qu’un représentant des juifs français se rend dans le pays pour une visite officielle, depuis son indépendance en 1962. Mais une forte opposition à sa venue s’est organisée en Algérie, notamment chez les généraux qui communiquent en permanence leur haine acharnée contre les Juifs et israéliens et c’est d’ailleurs l’un des griefs annoncés contre le Maroc. L’Algérie est fortement opposée aux liens entre le royaume et l’Etat hébreu.

Même si l’Elysée indique que cette visite sera tournée vers la jeunesse et l’innovation, mais on l’aura compris c’est bien de l’immigration qu’il sera question, mais le Sahara et le Sahel ne seront très certainement pas en reste. Ces trois jours de visite ont également une visée géopolitique et il sera forcément question de la situation au Mali, d’où l’armée française vient de se retirer, et plus largement au Sahel ainsi qu’en Libye.

Emmanuel Macron abordera aussi « en toute franchise » l’influence croissante de la Russie dans la région, notamment au Mali, a indiqué l’Elysée, en pointant les « différences d’approche » avec Alger, aux liens étroits avec Moscou. Après plusieurs mois de crise, Alger s’est tourné vers d’autres partenaires, notamment l’Italie, la Turquie ou encore la Chine, éloignant chaque jour la perspective d’un rétablissement des relations avec la France.

Côté sud on s’attend surtout à une augmentation du nombre de visas que Paris se dit prête à délivrer en échange de l’octroi des laissez-passer consulaires par Alger, sésame indispensable pour permettre le retour des clandestins algériens expulsés du territoire français.

Toujours est-il que malgré tout le tapage que la France veut bien faire de cette visite, rien ne devrait changer et pour beaucoup de spécialistes ne voient pas l’intérêt d’une telle visite actuellement. Il n’y a pas de changement récent dans les relations avec l’Algérie tant que la junte sévira sur l’Algérie. En fait, la visite du président français n’a réellement qu’un seul but c’est celui de préparer l’hiver de la France et de l’Europe à travers l’approvisionnement du gaz algérien.

Mais l’Algérie acceptera-t-elle de négocier la question du gaz qui avec le pétrole, est leur source de devises et qui leur permet pour l’heure d’en faire une arme de chantage à déployer dans toutes formes de négociations. Et surtout à quel prix ? Mais que peut-on vraiment négocier quand les deux tiers de la production sont réservés à la consommation locale. L’Europe et Macron pour la circonstance connaissent très bien les capacités gazières du pays, aussi, et en désespoir de cause, ils négocieront l’alternative de la raréfaction du gaz made in Russia l’hiver prochain. Encore que cette dernière qui a son mot à dire dans les affaires algérienne le veuille bien.

Voir Aussi

Durée de la transition guinéenne : la CEDEAO rejette les 36 mois

Avec le Mali voisin, la Guinée sera au cœur des débats du sommet extraordinaire délocalisé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 + 1 =