Washington interpelle Alger sur la situation des droits de l’Homme

La délégation américaine à la 51ème session du Conseil des Droits de l’Homme à Genève, ainsi que plusieurs ONGs, ont interpellé l’Algérie sur la situation extrêmement inquiétante des droits de l’homme dans le pays, les violations massives des droits des populations séquestrées dans les camps de Tindouf et le refus de l’État algérien d’assumer ses responsabilités légales et mettre fin aux crimes odieux, malgré les constats et les appels répétés des mécanismes du Haut-commissariat aux Droits de l’Homme.

En sa qualité de Présidente de la délégation des États Unis, l’Ambassadrice Représentante Permanente auprès des Nations Unis à Genève, Mme Bathsheba Nell Crocker, a réitéré les ‘’préoccupations des États-Unis par l’utilisation généralisée de lois qui restreignent indûment les libertés d’expression et de réunion et d’association pacifiques pour arrêter les activistes’’

Elle a également salué ‘’les courageux militants de la société civile, les défenseurs des droits de l’homme, les travailleurs de la presse et d’autres personnes qui disent la vérité au pouvoir et qui prônent le respect des droits de l’homme’’

Intervenant au nom de l’ONG « IL CENACOLO », et en tant que victime des atrocités des séparatistes du polisario, M. El Fadel Brika, a délivré un récit poignant sur ‘’les enlèvements, les détentions arbitraires et les pires types de tortures psychologiques et physiques dans des prisons secrètes gérées par la milice du polisario sur le sol algérien’’.

Il a également attiré l’attention du Conseil des Droits de l’Homme sur les violations systématiques commises par les séparatistes du polisario et les forces algériennes contre les populations séquestrées dans les camps de Tindouf, où ils recourent aux moyens les plus horribles pour punir toute voix qui s’oppose à eux ou dénonce leurs graves violations et le vol de l’aide humanitaire, y compris l’exécution extrajudiciaire, dont la dernière a été l’incendie des deux jeunes sahraouis, Maha Ould Hamdi Ould Souilem et Alien Idrissi alors qu’ils étaient en vie.

M. Brika a porté à la connaissance du Conseil l’abattement en novembre 2021, par l’armée algérienne, dans un trou à la périphérie du soi-disant ‘’camp de Dakhla’’, de trois jeunes sahraouis, Lakbir Ould Sidi Ahmed Al Markhi, Obeidat Ould El Bilal et Flea Ould Baraka.

Pour sa part, Mme Aicha Duihi, au nom de l’ONG ‘’Promotion du Développement Économique et Social’’, basée à Genève, a placé une emphase sur les tensions croissantes dans les camps de Tindouf au sud-ouest de l’Algérie, où l’accumulation d’un certain nombre d’événements sociaux et politiques a conduit à l’intensification des protestations. Ces événements sans précédent, ont également été soulignés par le Secrétaire général des Nations Unies depuis son rapport S/2019/282.

Voir Aussi

Durée de la transition guinéenne : la CEDEAO rejette les 36 mois

Avec le Mali voisin, la Guinée sera au cœur des débats du sommet extraordinaire délocalisé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 × 19 =