Contribution: De qui se moque Cheikh Yerim Seck? (Par Djibril Boye)

 

« Les organes de contrôle ont perdu leur respectabilité » ! dixit Cheikh Yérim Seck

Et les journalistes, n’ont-ils pas perdu la leur ? Je dirai oui et non.

Si la majorité des hommes du secteur du journalisme était comme vous, je dirai oui, mais heureusement, que la majorité des hommes de presse ne fonctionne pas comme vous.

Pourquoi jeter le discrédit sur tous les organes de contrôle au Sénégal alors qu’en réalité, ce qui vous intéresse, c’est la seule et unique personne de Nafi Ngom Keita ?

Quelle en est la raison ? Je ne sais pas encore.

Vous dites que l’Inspectrice Générale d’Etat, passait tout son temps à tenir des conférences de presse ?

Vous dites aussi que tous les dossiers qu’elle a eu à gérer depuis celui des chantiers de Thiès ne finissent que par des polémiques ; vous rajoutez aussi que tous les entretiens qu’elle a eus en privé avec le Chef de l’Etat ont atterri sur la place publique. En quelque sorte, vous l’accusez d’avoir violé à son devoir de réserve et d’avoir divulgué le secret professionnel. Quelle accusation !

En somme, vous avez insinué qu’elle n’a pas été à la hauteur des taches qui lui étaient confiées.

Pendant que vous lui reprochez de ne pas avoir fait preuve de professionnalisme, que pensez-vous être en train de faire ? Vous êtes certainement en train de faire preuve de manque de professionnalisme, à cause d’un agenda précis, que vous êtes en train de dérouler depuis un moment. Cependant, je peux affirmer sans me tromper que vous n’êtes pas dans la disposition de lui faire des reproches. Après tout, c’est le président de la République qui l’a quand même choisie et nous savons ce que représente un Inspecteur Général d’Etat. Ce n’est pas quand même vous qui allez apprendre les règles élémentaires d’éthique, de déontologie et du sens de la responsabilité à un Inspecteur Général d’Etat.

Par contre, si votre rôle est d’essayer de décrédibiliser cette brave dame, sachez que c’est peine perdue. Cette mission aurait dû être confiée à quelqu’un de plus crédible que vous.

Monsieur Seck, avant de reprocher quoi que ce soit à quiconque ou de donner des conseils à quiconque, mon conseil est de vous mettre devant un miroir et de vous demander si vous êtes honnête avec vous-même. Là, vous verrez en effet l’urgence de garder le silence qui vous rendra plus humble et plus bienveillant. Voilà une leçon d’éthique et de professionnalisme.

Monsieur Seck, arrêtez de vous ériger en donneur de leçons alors que les vôtres ne sont pas sues. C’est à cause des personnes comme vous, que les Sénégalais n’ont pas cette culture de glorifier leurs propres hommes. Respectons les Sénégalaises et Sénégalais qui ont toujours été au service de leur nation et qui représentent une fierté nationale. Célébrons-les et arrêtons de glorifier les vendus et les dénigreurs.

Je prie que le bon Dieu nous épargne de cette maladie chronique qui pousse à vouloir calomnier l’image de nos braves, vertueux et courageux compatriotes pendant et après l’exercice de leur fonction. C’est ce que vous avez essayé de faire à Nafi Ngom Keita, et  à tant d’autres.

J’en profite pour rendre un vibrant hommage à toutes ces Sénégalaises et à tous ces Sénégalais dont la probité intellectuelle et morale ne saurait jamais être sujet à polémique. Ces braves citoyens n’ont jamais cessé de défendre les intérêts du Sénégal et des Sénégalais. Sachez chers compatriotes, que vous resterez toujours des modèles pour les générations futures.

On dit souvent de n’ouvrir la bouche que si on est sûr que ce que l’on va dire est plus beau que le silence.

 

DJIBRIL BOYE

Voir Aussi

Tensions de trésorerie: le ministre sénégalais des finances dément et précise

Le ministère des Finances et du Budget a démenti les informations de presse faisant état …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
32 ⁄ 8 =