Afrique Subsaharienne: une croissance économique projetée à 3,5% en 2019 (FMI)

 

La reprise économique se poursuit en Afrique Subsaharienne et le taux de croissance devrait passer, d’après les projections, de 3% en 2018 à 3,5% en 2019, avec toutefois des performances économiques toujours divergentes, indique un rapport du Fonds monétaire international (FMI) consacré aux perspectives économiques régionales pour l’Afrique Subsaharienne.

« Le taux de croissance global devrait passer de 3% en 2018 à 3,5% en 2019, et se stabiliser à un peu moins de 4% ou autour de 5%, si l’on exclut les deux plus grandes économies de la région, l’Afrique du Sud et le Nigéria », note le document rendu public mardi.

Il a été présenté par Papa Ndiaye, chef de la division des études régionales au Département Afrique du FMI en présence du ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo.

‘’Ces chiffres globaux, souligne la même source, occultent des disparités considérables en matière de perspectives de croissance entre deux groupes de pays ».

« Environ la moitié des pays de la région, essentiellement des pays pauvres en ressources naturelles, devraient connaître une croissance d’au moins 5%, ainsi qu’une hausse de leur revenu par habitant plus rapide que la moyenne mondiale à moyen terme’’, relève le rapport.

En revanche, souligne la même source, la croissance devrait rester anémique à court terme dans les 24 autres pays qui sont davantage tributaires des ressources naturelles, parmi lesquels l’Afrique du Sud et le Nigéria.

Aussi, ‘’Les pays à croissance économique doivent faire passer les rênes de la croissance du secteur public au secteur privé parce que la forte croissance observée dans beaucoup de ces pays a été en partie stimulée par une hausse des niveaux d’investissement public qui a provoqué un alourdissement continu de la dette publique’’.

‘’Dans les pays plus riches en ressources naturelles mais à moins forte croissance, il est urgent de procéder aux ajustements budgétaires et extérieurs requis face à la baisse des prix des produits de base, d’introduire les réformes nécessaires pour favoriser la diversification économique et remédier rapidement aux incertitudes entourant l’action publique qui freinent la croissance, surtout en Afrique Subsaharienne’’, suggère le rapport.

 

AfroActu.com

Voir Aussi

Niger: l’opposant Hama Amadou poursuivi pour « diffamation »

  A peine a-t-il annoncé son intention de se présenter aux présidentielles de 2021, que …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 1 =