Après avoir secouru plus de 50 migrants, le «Sea-Watch 3» force le blocus des eaux italiennes

 

Le navire, qui dérivait depuis le 12 juin, a pris cette décision après que la CEDH a refusé, pour un motif de forme, d’intervenir en urgence. Matteo Salvini a dénoncé « une insulte au droit et aux lois ».

Le navire humanitaire Sea-Watch 3 a annoncé, mercredi 26 juin, qu’il forçait le blocus des eaux territoriales italiennes au large de l’île de Lampedusa pour débarquer les 42 migrants bloqués à bord depuis quatorze jours. « Ça suffit, nous entrons. Pas par provocation, mais par nécessité, par responsabilité », a annoncé l’ONG Sea-Watch sur Twitter.

« J’ai décidé d’entrer dans le port de Lampedusa. Je sais ce que je risque, mais les 42 naufragés à bord sont épuisés. Je les emmène en lieu sûr », a déclaré sur Twitter la jeune capitaine allemande du navire, Carola Rackete. Les relevés des sites de trafic maritime confirment que le navire est entré dans les eaux italiennes à la mi-journée.

Le ministre italien de l’intérieur, Matteo Salvini (extrême droite), a aussitôt régi en direct sur Facebook : « Nous ferons usage de tous les moyens démocratiquement permis pour bloquer cette insulte au droit et aux lois », a-t-il déclaré. Il a dénoncé le « petit jeu politique sordide » de l’ONG, mais aussi l’indifférence affichée par les Pays-Bas, dont le Sea-Watch bat le pavillon, et l’Allemagne, le pays de l’ONG. Les gouvernements de Berlin et La Haye « en répondront », a menacé M. Salvini.

Requête rejetée par la CEDH

Les migrants, secourus dans les eaux internationales par l’équipage du navire humanitaire Sea-Watch 3, dérivaient depuis le 12 juin dans le canal de Sicile, au large de Lampedusa, sans possibilité de débarquer nulle part. Mardi 25 juin, la requête déposée par l’ONG auprès de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) dans le but d’obtenir la désignation d’un port sûr en Italie a été rejetée, pour un motif de pure forme, mais imparable : la Commission européenne n’ayant été saisie par aucun Etat membre, elle n’est pas fondée à agir.

Sans s’embarrasser de ces subtilités formelles, le ministre de l’intérieur, Matteo Salvini, s’est aussitôt appuyé sur la nouvelle du jugement pour affirmer que ses choix politiques ont obtenu le soutien de l’Europe. « La ligne d’ordre, de bon sens, de l’égalité et de justice de l’Italie est confirmée : les ports sont fermés aux trafiquants d’êtres humains et à leurs complices », a-t-il aussitôt salué, à peine connue la décision de l’instance européenne.

Blocage absolu

Pour les passagers du Sea-Watch 3, la décision de la CEDH signifiait un retour au point de départ. Après le sauvetage de 53 personnes qui dérivaient sur un bateau pneumatique, les gardes-côtes libyens avaient intimé l’ordre de se diriger vers Tripoli. L’équipage ayant refusé de suivre cette instruction, rappelant que celle-ci est contraire au droit international de la mer, qui impose de débarquer les naufragés dans un « port sûr », le Sea-Watch 3, dont dix passagers ont été débarqués pour des raisons sanitaires et humanitaires, est, depuis cette date, dans une situation de blocage absolu, condamné à faire des ronds dans l’eau jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée.

Or, pour l’heure, personne ne semble s’être saisi du problème, et les demandes de faire débarquer les naufragés, émanant du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), ou de différentes ONG, ne rencontrent pas grand écho en Italie. Campant sur sa ligne d’absolue fermeté, Matteo Salvini a expliqué le fond de sa pensée lundi :

« L’Union européenne veut résoudre le problème “Sea-Watch” ? C’est facile. Bateau néerlandais, ONG allemande, la moitié des migrants à Amsterdam, l’autre moitié à Berlin. »

Lundi, l’archevêque de Turin avait proposé une sortie de crise en se disant disposé à accueillir les naufragés du Sea-Watch 3, « sans que cela ne coûte rien à l’Etat ». Il s’est aussitôt attiré une réponse sans appel du ministre de l’intérieur, sur son profil Facebook :

« Cher évêque, vous pourrez destiner l’argent du diocèse à 43 Italiens en difficulté. Les ports sont fermés pour qui ne respecte pas la loi. »

La jeune capitaine de 31 ans du Sea-Watch 3, Carola Rackete, et les responsables de Sea-Watch risquent des poursuites pour aide à l’immigration clandestine, ainsi que la saisie du bateau et une amende de 50 000 euros conformément à un nouveau décret de Matteo Salvini.

 

AfroActu.com

Voir Aussi

«Banquiers africains, vous devez prendre vos responsabilités»

  Le discours de Dakar de Yves Eonnet, prononcé en février dernier dans la capitale …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 − 13 =