Arthrose: des antidouleurs augmenteraient les risques cardiaques

 

 

Très utilisés par les personnes souffrant d’arthrose, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) contribueraient à augmenter le risque cardiovasculaire de ces patients déjà à risque.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont un peu le traitement de choix pour soulager la douleur et l’inflammation dues à l’arthrose. Malheureusement,comme tout médicament, ils ont leur lot d’effets indésirables.

Parue dans la revue Arthritis & Rheumatology, une nouvelle étude suggère ainsi que ces médicaments antidouleurs contribuent à augmenter le risque cardiaque des personnes atteintes d’arthrose.

Menée par des chercheurs canadiens, l’étude a ici comparé les données de 7 743 patients atteints d’arthrose à celles de 23 229 personnes “contrôle”, non atteintes d’arthrose.

Les scientifiques ont alors constaté que le risque de développer une maladie cardiovasculaire chez les personnes atteintes d’arthrose était de 23% plus élevé que chez les personnes non-arthrosiques. Parmi les critères d’évaluation secondaires évalués dans l’étude, le risque d’insuffisance cardiaque congestive était 42% plus élevé chez les personnes atteintes d’arthrose que chez les personnes non atteintes, suivi d’un risque accru de 17% de cardiopathie ischémique et de 14% d’augmentation du risque d’accident vasculaire cérébral.

En recoupant les données à celles de l’utilisation d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, l’équipe a calculé qu’environ 41% du risque accru de maladies cardiovasculaires chez les personnes souffrant d’arthrose provenait de leur recours à ces médicaments.

À notre connaissance, il s’agit de la première étude longitudinale à évaluer le rôle médiateur de l’utilisation des AINS dans la relation entre l’arthrose et les maladies cardiovasculaires dans un large échantillon de population”, a déclaré Aslam Anis, auteur principal de l’étude. “Nos résultats indiquent que l’arthrose est un facteur de risque indépendant de maladie cardiovasculaire et suggèrent qu’une part substantielle du risque accru est due à l’utilisation d’AINS. Il est important que les personnes atteintes d’arthrose en parlent à leurs professionnels de santé et discutent des risques et des avantages des AINS”, a conclu le spécialiste.

 

AfroActu.com

Voir Aussi

Afrobasket féminin: le Sénégal affrontera le Nigéria en finale

Le Sénégal s’est qualifié en finale de l’Afrobasket féminin et affrontera, dimanche, le Nigéria. L’équipe …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 × 18 =