« Boys don’t cry »: le spectacle de danse qui s’interroge sur la virilité et le genre

 

L’institut français du Maroc met les petits plats dans les grands pour cette rentrée 2019. Du 19 au 26 septembre, le spectacle de danse « Boys don’t cry » (les garçons ne pleurent pas, ndlr) sera présenté dans de nombreuses villes au Maroc dont Casablanca, Rabat, Marrakech, Tétouan ou encore Meknès. 

Signé par le chorégraphe Hervé Koubi, le show dansant est construit sur la base d’un texte de Chantal Thomas, écrit spécialement pour la pièce, entre raison et envie. Boys don’t cry nourrit une réflexion à la fois, drôle, tendre et triste sur ce que c’est que de danser quand on est un garçon, qui plus est quand on vient d’Afrique du Nord.

La pièce creuse la notion de sacrifice de soi, à travers le garçon qui doit faire plaisir à son père et à sa mère qui adorent le foot, alors que lui aime passionnément la danse et haït viscéralement ce sport, à cause de la violence qu’il génère.

Un spectacle porteur d’un message  sur la virilité et le genre, à travers l’histoire d’un jeune garçon dénommé Houssni qui est partagé entre les diktats familiaux et sociaux. La chorégraphie met en lumière la théorie du genre où la couture serait pour les filles et le foot pour les garçons. Elle entend donner de la voix à tous ceux à qui l’on impose ce à quoi ils s’opposent.

Sept danseurs autodidactes, dans un décor sobre et immaculé, entrent en scène. Durant 55 minutes, ils montrent leur virtuosité, entre danse hip-hop et danse contemporaine. Avec Boys don’t cry, Hervé Koubi signe une œuvre où la danse est faite à la fois de souffrance et d’enthousiasme.

 

AfroActu.com 

Voir Aussi

Espagne: les socialistes en tête des législatives

    Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sanchez, est arrivé en tête …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 × 28 =