Cafés en capsules: quels effets sur la santé et l’environnement

Les capsules de café ont conquis le monde ces dernières années. Dans les foyers, dans les bureaux, dans les salles d’attente…, on trouve des machines expresso partout. Pourtant, ces dosettes de café ne sont pas sans effets sur la santé et l’environnement.

De nombreux pays du monde célèbrent, le 1er octobre de chaque année, la journée mondiale du café. Cette journée, initiée par l’Organisation internationale du café depuis 2015, a pour but de célébrer et partager une passion commune pour ce produit, dont des millions de personnes à travers le monde ne peuvent s’en passer. Il est aujourd’hui consommé sous plusieurs formes. Et les capsules font parties des formes les plus prisées de nos jours.

Ces dosettes ont conquis le grand public au fil des années et sont devenues actuellement un produit du quotidien. En effet, chaque année, la population mondiale consomme 20 milliards de dosettes individuelles de café. Pourtant, elles peuvent avoir un effet négatif sur la santé et l’environnement. «Le café en capsules contient de nombreuses substances potentiellement préoccupantes pour la santé humaine, dont le furane, une molécule éventuellement cancérogène et toxique pour le foie à haute dose et à long terme. Le furane est un arôme qui se forme à haute température lors de la torréfaction et que l’on retrouve également dans les céréales, les pots pour bébé, ou encore le pain grillé.

En 2017, l’autorité européenne pour la sécurité alimentaire a reconnu que les connaissances sur la toxicité du furane sont encore insuffisantes, mais elle estime que c’est la consommation excessive qui pose problème», explique Dr Moussayer Khadija, spécialiste en médecine interne et en gériatrie et présidente de l’Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (Ammais). Et d’ajouter que «le furane est en effet plus concentré dans ces capsules dont l’étanchéité va emprisonner ce composé hautement volatil. Néanmoins, la quantité de furane tend à diminuer entre la poudre de café et la boisson servie. Aussi, les diverses méthodes de préparation du café entraînent différentes pertes de concentrations en furane. Les pertes dans le café bouilli/turc sont de 3 à 4 fois plus élevées que dans le café filtre ou l’expresso. Par ailleurs, laisser reposer et remuer pourrait aussi permettre de diminuer sa concentration».Concernant les autres contaminants chimiques (aluminium, cobalt, chrome, étain, nickel, cuivre, zinc et acrylamide), Dr Moussayer a indiqué que des teneurs légèrement plus élevées (sauf pour l’aluminium) ont été trouvées dans les solutions de café issues des capsules par rapport au café filtre. Néanmoins, ces variations ne sont pas de nature à modifier significativement la contribution du café au risque lié à ces composés chimiques.

 «Ainsi, le composant le plus dangereux dans le café en capsule serait la caféine du fait de ses concentrations plus élevées que celles d’un café filtre, d’autant plus qu’il peut y avoir des variations de caféine allant du simple au triple entre deux types de capsules et a fortiori si ces cafés sont consommés dans les mêmes quantités que le café traditionnel», a expliqué la présidente de l’AMMAIS, rappelant que la caféine, en dépit de grandes variabilités personnelles, augmente la tension artérielle, engendre des troubles du sommeil. Et surtout, en tant qu’excitant, la caféine finit par épuiser l’organisme.

Ces capsules à usage unique sont aussi une source de pollution. La consommation des millions de dosettes quotidiennement dans le monde crée une montagne de déchets que l’on pourrait pourtant facilement éviter. De plus, on estime que les déchets en aluminium et en plastique prennent plusieurs centaines d’années pour se décomposer… ce qui est vraiment inquiétant !

Questions à la présidente de l’Association marocaine des maladies auto-immunes
et systémiques (Ammais)

Dr Moussayer Khadija : «La modération dans la prise de café expresso doit être de mise»

Est-ce que les substances chimiques peuvent migrer vers le café ?
Les capsules du café expresso sont confectionnées en aluminium pour préserver la saveur du café, avec le risque de contamination du café par le contact avec son contenant. En 2013, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation française a examiné plusieurs marques de capsules afin de déterminer leur teneur en différents contaminants chimiques : aluminium, cobalt, chrome, étain, nickel, cuivre, zinc et acrylamide. Il s’en est conclu que les cafés issus de capsules présentaient des teneurs en moyenne légèrement plus élevées (sauf pour l’aluminium), une élévation qui n’est, cependant, pas de nature à modifier le risque lié à ces composés chimiques.
Pour l’aluminium, la consommation de 4 expressos par jour exposerait à 0,3% de la dose hebdomadaire tolérable. A priori, rien d’inquiétant.

Quelle est la quantité de capsules qu’il ne faut pas dépasser pour ne pas mettre sa santé en danger ?
Concernant les toxiques, on dit que c’est la dose qui fait le poison. Et les capsules de café sont loin d’être les seules sources d’exposition à des substances potentiellement nocives et il est légitime de se poser la question sur l’effet cumulé. Ainsi, l’aluminium est naturellement présent dans le thé ou le cacao. On en trouve aussi dans le papier aluminium, dans un certain nombre d’additifs alimentaires, dans certains médicaments ou dans certains traitements de l’eau. Ce dernier pourrait contribuer à l’altération de la barrière intestinale et à un déséquilibre du microbiote, sachant que près de 40% de l’aluminium ingéré s’accumule au niveau de la muqueuse intestinale. L’aluminium peut s’accumuler également dans notre cerveau et présenter un risque neurotoxique.

Autre substance pour laquelle cet effet cocktail pourrait poser problème : l’acrylamide, un cancérogène probable chez l’homme. Cette substance apparaît à la cuisson de certains aliments comme le café, deuxième source d’exposition chez l’adulte derrière les pommes de terre frites ou sautées. Si la teneur en acrylamide de l’expresso en capsule n’est pas inquiétante, additionner les sources produira un effet cumul, donc la modération dans la prise de café expresso doit être de mise.

Voir Aussi

Présidentielle gambienne: Ousainou Darboe dégage en touche le bilan d’Adama Barrow

C’est un vétéran de la politique gambienne. À 73 ans, Oussainou Darboe, opposant historique, est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 ⁄ 3 =