Cameroun: 66 milliards de dollars à mobiliser pour financer la stratégie de développement à l’horizon 2030

Le Cameroun dont l’objectif est de devenir une économie émergente à l’horizon 2035 a lancé il y a quelques mois, la Stratégie nationale de développement (SND 30) sur la période 2020 et 2030. La réalisation de ce vaste programme nécessite globalement un financement de plus de 37 500 milliards de FCFA (66 milliards de dollars) selon le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire qui n’écarte pas l’hypothèse d’y apporter des ajustements.

Avant l’implémentation de ce plan de développement, l’une des équations les plus difficiles à résoudre est la mobilisation des financements dans un contexte économique difficile puisque la relance de l’activité reste timide, conséquence des effets néfastes de la crise sanitaire liée au coronavirus qui a provoqué la chute de la croissance économique à 0,7 % en 2020 contre 3,7 % en 2019. Par ailleurs, les projections d’une reprise de la croissance en hausse pour atteindre 3,4 % en 2021 restent incertaines malgré un regain des exportations des matières premières. Pendant la session parlementaire en cours consacrée à l’examen et à l’adoption de la loi de finances 2022 qui s’équilibre en recettes et en dépenses à la somme de 5 762,4 milliards de FCFA (10 milliards de dollars), le gouvernement a indiqué qu’il n’y aura pas de nouvelles mesures fiscales pour ne pas asphyxier l’outil de production, et a également assuré avoir élaboré une stratégie devant permettre de mobiliser les ressources attendues.

« Les réformes et initiatives majeures de la SND 30 sont prévues être financées à partir de plusieurs sources de financement notamment le budget de l’État, les budgets des collectivités territoriales décentralisées, les ressources des PTF (partenaires techniques et financiers) ainsi que les financements des privés dont ceux de la diaspora. Les ressources publiques doivent être complétées, suffisamment et de manière large par des ressources qui viennent du privé afin de créer l’effet de levier solliciter par le gouvernement en matière de ressources au-delà de l’endettement public, au de-là de l’endettement souverain qui a également ses forces, mais aussi ses limites dans la propension à mobilise les ressources », a confié le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire Alamine Ousmane Mey (photo).

Autrement dit, le financement du plan SND 30 sera assuré en grande partie par les fonds privés, le rôle de l’Etat consistant essentiellement à canaliser ces actions à travers la réalisation des études de faisabilité, de rentabilité économique et de maturité afin de rendre ces plans attrayants pour les investisseurs.

Voir Aussi

Maroc: début de la commercialisation de la Citroën Ami 100% électrique

Développée à Casablanca et fabriquée à l’usine Stellantis à Kénitra, la petite Ami est lancée …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 − 18 =