Chronique de Charles: 2024 rek (*)!

Locales sous pression ! Ce n’est pas une nouvelle marque de mousse brune ou blonde. C’est plutôt la bérézina qui s’annonce dans les états-majors. Surtout celui de la mouvance présidentielle, où la déconfiture des listes s’invite en mode fast-track, pour le grand bal électoral de janvier 2022.


Les flux de la promenade dakaroise de l’ancien argentier du gouvernement, Ba Amadou, et les reflux de son protagoniste, Abdoulaye Diouf Sarr, tous deux prétendument engagés dans la bataille de Ndakaru Ndiaye, peuvent laisser croire, que le Manitou des marron-beige sortira rapidement le calumet de la paix pour enterrer la hache de guerre.

Mais rusé comme un sioux, le Macky ne manquera pas l’occasion de mesurer la cote de popularité de ses ouailles, leur loyauté et leur puissance de frappe. En ligne de mire ! 2024.

La mission est donc de faire mouche et d’organiser le repli et les arrières du Prince. Voilà le profil de l’héritier. Digne de confiance, avec de la bouteille, pour une assurance retraite dorée.

Voilà pourquoi, l’ombre du patron de la coalition majoritaire, planera sur les municipales et départementales de janvier prochain. Telle celle de père Wade qui avait noirci les panneaux publicitaires du temps de sa splendeur.

Pourquoi s’étonner alors, des effigies de peul bou rafet (beau peul) des domaines qui étalonnent des cahiers d’écoliers, dans cette course aux sièges cumulés à d’autres fonctions publiques et politiques. Du moment que la surpression a pris ses quartiers dans la maison du parti, et forte comme la veut le Macky, elle ne peut qu’exercer une hypertension politique chez les apéristes (membres APR). Quitte à créer une hypertrophie quand même mieux que l’atrophie et ce, de Dakar à Kolda, du Fouta à Kedougou, et dans le centre.

Ne rien laisser au Sonko qui sait chauffer la marmite locale et pas qu’elle d’ailleurs. Et ça, le général Niangal (sévère) ne le sait que trop bien. Aussi, veut-il de la répartie, du ton, de la force et du fric. Non du froc et du toc.

N’allons surtout pas parier sur un gentleman agreement, entre partenaires politiques les mieux placés de la coalition bonbon yakaar (espoir) pour se faire des politesses.

Tant pis pour les programmes de proximité. De toute façon, ils n’ont jamais été déclinés aux électeurs, à part un livre-programme sur le développement de Kaolack 2022-2027.

(*) Seulement

Maderpost / Charles Faye

Voir Aussi

Les guinéens réclament justice aux funérailles de M’mah Sylla

Plus d’une centaine de Guinéens se sont réunis mercredi 24 novembre à Conakry la capitale …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 ⁄ 13 =