Directeur Général de l’ASECNA: suspens et jeu d’ombres entre 4 candidats

La 66-ème session extraordinaire du comité des ministres de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), ouverte le 14 septembre à Dakar, doit désigner le futur directeur général de l’organisation pour une durée de 4 ans à partir du 1er janvier 2021. Les quatre candidats en lice devaient être auditionnés et cet exercice oral supervisé par le président du comité des ministres de l’ASECNA, le Béninois Hervé Hehomey, serait suivi d’un vote à bulletin secrets.

Candidat favori à sa succession, le nigérien Mohamed Moussa, fait face à des profils qui n’ont pas dit leur dernier mot. Le nigérien s’est vu rendre un mauvais service par la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), appelant à voter pour lui lors de sa 57e session ordinaire tenue le 07 septembre 2020 et poussant nombre de ses soutiens en dehors de l’Afrique de l’Ouest à réfléchir. Cette intrusion d’une organisation dont tous les membres n’émargent pas à l’ASECNA a suscité de vives critiques en Afrique Centrale, notamment sur l’axe Ndjamena-Bangui, Yaoundé et Libreville.

L’autre candidat, le mauritanien Hassena Ould Ely, ancien directeur général de la Compagnie Mauritania Airlines International, fait face, dans ce jeu de grands ensembles, au mur de la CEDEAO mais compte sur l’incertitude du scrutin à bulletin secret pour faire la différence. Le Centrafricain Théodore Jousso et le camerounais Zoa Etoundi espèrent aussi faire la surprise en jouant l’ASECNA contre la CEDEAO. Les deux candidats de l’Afrique Centrale sont liés par un accord de ralliement de l’un à l’autre en cas de deuxième tour.

Pour mémoire, l’Asecna compte 18 États membres, dont 17 pays africains que sont le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée-Bissau, la Guinée Équatoriale, Madagascar, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, le Tchad, le Togo, les Îles Comores et la France. Son directeur général est élu pour un mandat de quatre ans, renouvelable une seule fois.

Voir Aussi

Interdiction du voile intégral: dix ans après, un bilan nuancé dans l’Hexagone

Le Chef de l’Etat français devrait présenter vendredi 2 octobre 2020 les contours de la loi  contre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 + 7 =