Escobar du Sahara : Latifa Raâfat disculpée par la femme de ménage

Le juge d’instruction de la Cour d’appel de Casablanca a interrogé mercredi le principal accusé dans l’affaire connue sous le nom « Escobar du Sahara« , Saïd Naciri, qui est également le président du club de football Wydad Casablanca.

Selon les informations obtenues par Hespress, la femme de ménage du célèbre trafiquant de drogue international, surnommé « Escobar du Sahara« , a disculpé l’artiste marocaine Latifa Raâfat de toute implication dans cette affaire. Elle a affirmé ne pas être au courant des activités entre les parties accusées.

Des sources de Hespress ont révélé que cette femme de ménage, récemment rentrée d’Espagne pour être interrogée dans le cadre de l’affaire « Escobar du Sahara« , a déclaré qu’elle travaillait pour le trafiquant de drogue connu sous le nom « Le Malien » chez lui, avant de déménager avec lui chez Latifa Raâfat après leur mariage.

Les mêmes sources indiquent que même après le divorce de Latifa Raâfat et du trafiquant de drogue, la femme de ménage a continué à travailler pour « Le Malien« , soulignant que l’artiste marocaine n’était pas au courant des activités de son ex-mari ni de sa relation avec Saïd Naciri.

La femme de ménage a confirmé ses précédentes déclarations devant la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ), mentionnant la visite de Saïd Naciri au domicile de Latifa Raâfat à Rabat, affirmant qu’il était venu pour rencontrer « Le Malien« , Hadj Ahmed Ben Ibrahim.

Saïd Naciri, qui semblait fatigué lors de son audition, a révisé certaines de ses déclarations faites devant la BNPJ, y compris des accusations portées contre Latifa Raâfat.

Selon les mêmes sources, Naciri a réitéré que l’artiste marocaine n’était pas au courant de sa relation avec son mari ni des rencontres entre eux. Il a même exprimé son respect pour elle, soulignant qu’il « la respecte avant et après son mariage« .

Dans le même contexte, le chauffeur personnel du trafiquant de drogue a également été interrogé en tant que témoin, les questions se concentrant sur la relation de l’artiste avec son employeur et sur sa connaissance de ses activités.

Le chauffeur a nié que Latifa Raâfat soit au courant des activités de son employeur, car leur mariage n’a duré que quatre mois et demi et elle n’était pas au courant de ses activités, de ses relations et des personnalités qu’il rencontrait de manière significative.

Ainsi, le juge d’instruction à la Cour d’appel a décidé de poursuivre l’audition des accusés la semaine prochaine, alors que le procès de Naciri et de Bioui concernant les opérations de trafic de drogue est attendu.

Voir Aussi

RDC : démission du Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde

Le Premier ministre de la République démocratique du Congo (RDC), Jean-Michel Sama Lukonde, a présenté …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 ⁄ 3 =


Disponible sur Google Play

Articles récents