Espagne: les socialistes en tête des législatives

 

Législatives en Espagne: Les socialistes en tête, devant les conservateurs et l’extrême droite

 

Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sanchez, est arrivé en tête des élections législatives anticipées en Espagne, selon les sondages de sortie des urnes, menés par l’institut GAD3. Le pays vit depuis 2015 un climat de forte instabilité politique tout en étant miné par la crise en Catalogne.

Six mois après ce scrutin qu’il avait remporté sans majorité absolue, le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez a demandé aux 37 millions d’électeurs de lui donner un mandat clair pour mettre un terme à l’instabilité politique que connaît l’Espagne depuis 2015.

Pedro Sanchez avait dit espérer « qu’à partir de demain, nous puissions (…) former un gouvernement et mettre l’Espagne en marche ».

A 14h00 (HL), le taux de participation atteignait les 37,93% soit 3,55% de moins que les échéances précédentes, selon des données du ministère espagnol de l’Intérieur rendues publiques lors d’un point de presse à Madrid. En avril dernier, le taux de participation s’était établi à 41,48% à la même heure. A 18h00 (HL),le taux de participation atteignait les 56,86%, un pourcentage en baisse de 3,89%

 

Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) devrait encore une fois mener des consultations pour former son gouvernement. La dernière fois, la tâche s’est révélée être ardue surtout avec le parti d’extrême gauche Podemos, qui montrait de plus en plus d’exigences.

Les négociations en vue de la formation d’un gouvernement emmené par le socialiste Pedro Sanchez ont connu un cuisant échec. Le 24 septembre dernier, le Roi Felipe VI d’Espagne a été contraint de convoquer de nouvelles élections législatives anticipées après la dissolution des deux chambres du Parlement espagnol.

Pour ces élections législatives anticipées, 37.000.608 électeurs, dont 2.128.559 vivant à l’étranger, étaient attendus aux urnes pour voter pour les députés et sénateurs des Cortes Generales, les deux chambres du parlement espagnol.

La crainte de la montée de l’extrême droite a fait voter plusieurs abstentionnistes, notamment des pro-européens, ayant peur des conséquences d’un nationalisme à outrance bafouant les droits de l’Homme.

 

AfroActu.com

Voir Aussi

Angola: fin de règne de la dynastie Dos Santos

Inédit ! Pour la première fois de l’histoire en Angola, on assiste à une audience  où …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 + 22 =