Éthiopie: l’ONU appelle à un cessez-le-feu au Tigré

Les agences humanitaires de l’ONU ont dénoncé jeudi le blocage de l’aide par des « groupes armés » dans la région du Tigré en Ethiopie, où des millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire, dont 350 000 sont menacées de famine.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) « a rapidement monté une opération d’aide alimentaire d’urgence en déployant plus de 180 employés et en augmentant ses distributions de denrées pour porter assistance à 1,4 million de personnes, mais c’est à peine la moitié de ceux que nous devrions aider« , constate le directeur exécutif de l’agence, David Beasley, dans un communiqué.

« Nous avons demandé un accès humanitaire mais nous sommes toujours bloqués par des groupes armés« , dénonce-t-il, se refusant « à identifier individuellement » ces groupes.

Le conflit au Tigré met aux prises les forces des anciennes autorités régionales – issues du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF) – à l’armée fédérale éthiopienne, épaulée par des troupes des autorités régionales voisines de l’Amhara, ainsi que par l’armée érythréenne.

« Nos équipes me disent que dans 53 villages qu’ils ont visités, 50 % des mères et presque un quart des enfants qu’ils ont examinés souffrent de malnutrition. Des millions de personnes ont un besoin urgent de nourriture. Sinon, beaucoup mourront« , a-t-il prévenu.

Dans un communiqué séparé, le PAM, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Unicef appellent au cessez-le-feu, réclament l’accès libre à toutes les zones et demandent de nouveaux financements.

Les agences onusiennes s’appuient sur les dernières données du « Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire » (IPC), qui est la norme la plus utilisée pour classifier la sécurité alimentaire.

L’échelle IPC distingue cinq phases possibles dans la situation alimentaire d’un pays, la cinquième étant celle de « catastrophe/famine » (Phase 5) dans laquelle tombent les 350 000 personnes menacées par la famine au Tigré.

« C’est le nombre le plus élevé en Phase 5 depuis la famine de 2011 en Somalie« , selon l’IPC.

Le Tigré, région du Nord de l’Ethiopie, est en proie aux combats depuis plus de six mois.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a lancé le 4 novembre une opération militaire contre les autorités tigréennes qui s’opposaient au pouvoir central.

M. Abiy avait promis une victoire rapide au Tigré, mais six mois après la prise de la capitale régionale Mekele par l’armée fédérale, les combats se poursuivent dans la région, où la situation humanitaire alarme la communauté internationale.

Voir Aussi

Les Ethiopiens aux urnes sur fond de famine au Tigré

Les Ethiopiens ont commencé à voter lundi matin pour une élection attendue et scrutée, qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 + 1 =