Européennes: Marine Le Pen en tête, une « grosse claque » pour Macron

 

La présidente du Rassemblement national a pris sa revanche sur Emmanuel Macron en arrivant en tête du scrutin européen en France ce dimanche 26 mai.

D’après les premières estimations (Ipsos à 20 heures), le Rassemblement national (RN) arriverait en tête du scrutin européen en France avec 23,2 % des voix, devant La République en marche avec 21,9 % et Europe Écologie-Les Verts avec 12,8 %.

Dans la soirée, le quotidien belge Le Soir indiquait ainsi : “La participation française, en nette hausse par rapport au dernier scrutin de 2014, ne semble pas avoir profité au président Emmanuel Macron.” Le titre tranche même :

Si ces estimations étaient confirmées, ce serait une grosse claque pour le locataire de l’Élysée

Dès le début de la campagne, le scrutin a pris des allures de match retour entre le chef d’État français et la présidente de l’extrême droite. En effet, “Le Pen [rêvait] de prendre sa revanche sur l’homme responsable de la terrible humiliation qu’elle a subie il y a deux ans”, expliquait l’hebdomadaire britannique The Spectator il y a quelques jours. Du côté de la majorité aussi, “Emmanuel Macron s’était lui-même fixé cet enjeu : battre à tout prix le Rassemblement national pour trouver un nouvel élan, en Europe comme en France”, note Le Soir.

Mais, poursuit le titre, “en s’investissant personnellement dans la campagne, le président pourrait avoir obtenu l’effet inverse à celui recherché. Il a pu mobiliser contre lui ses adversaires”.

Juste avant le scrutin, en Italie, le quotidien italien La Repubblica prévenait des conséquences de la percée du RN : “Outre l’Italie, nous allons avoir en Union européenne un autre grand pays fondateur qui va adopter des positions souverainistes.” Le titre de centre gauche analysait même :

Le sort de Macron sera de plus en plus précaire, et même l’axe franco-allemand sur lequel repose l’Union européenne risque d’être mis à mal. […] Ce nouvel axe populiste franco-italien ne peut qu’accentuer le sentiment nationaliste antieuropéen et anti-allemand au sein de ces deux pays, et exacerber leur opposition aux traités et à l’union monétaire.”

 

AfroActu.com

Voir Aussi

Espagne: les socialistes en tête des législatives

    Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sanchez, est arrivé en tête …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 ⁄ 3 =