Forum de Davos : le Président Ramaphosa annule sa participation

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annulé sa participation au Forum économique mondial de Davos, qui débute lundi dans la ville suisse, en raison de la grave crise énergétique, à laquelle son pays est confronté.

« En raison de la crise électrique actuelle, le président Cyril Ramaphosa a annulé sa visite de travail au Forum économique mondial de Davos », a déclaré le porte-parole de Ramaphosa, Vincent Magwenya, tard hier sur le site de réseautage social Twitter.

L’Afrique du Sud a connu des niveaux variables de pannes d’électricité roulantes en 2022, une mesure qui a été réintroduite au début de 2023 en réponse à la crise de l’électricité qui sévit dans le pays depuis une décennie et qui s’est considérablement intensifiée ces dernières années.

La corruption, la mauvaise planification face à l’augmentation de la demande d’énergie, les pannes dues au mauvais état des infrastructures obsolètes d**’Eskom** et l’impact de la criminalité (par exemple sous la forme de vol d’équipements et de câbles) sont quelques-uns des facteurs à l’origine de la crise.

L’incertitude persistante concernant l’électricité constitue un frein terrible pour l’économie la plus développée d’Afrique, ainsi qu’une source majeure de troubles sociaux.

En décembre dernier, Cyril Ramaphosa a attribué la crise à la mauvaise gestion et à la corruption d’Eskom dans un discours prononcé lors de la 55e conférence nationale du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir.

Une partie importante du travail visant à inverser les effets de la « capture de l’État » consiste à récupérer les fonds qui ont été versés de manière illégale ou inappropriée à un certain nombre d’entreprises », a déclaré M. Ramaphosa, qui a été réélu à la tête de l’ANC lors de la conférence.

« À ce jour, Eskom a récupéré à elle seule près de 3 milliards de dollars (environ 160 millions d’euros) et 5 milliards de dollars supplémentaires (plus de 266 millions d’euros) sont réclamés dans le cadre de divers processus », a déclaré M. Ramaphosa.

La « State Capture » est une grande enquête sur la corruption qui a touché l’appareil public sud-africain pendant le mandat de son prédécesseur, Jacob Zumba (2009-2018).

Voir Aussi

Burkina Faso : l’ambassadeur français rappelé à Paris

Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé jeudi le rappel de son ambassadeur au …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
12 − 11 =