France: incendie dans une usine classée Seveso à Rouen, 12 communes confinées

 

Un important incendie s’est déclaré dans la nuit de mercredi à jeudi à l’usine Lubrizol de Rouen, un site classé Seveso seuil haut qui fabrique des additifs pour l’huile, a déclaré la préfecture de Seine-Maritime. L’incendie, qui s’est déclaré aux alentours de 2 h 40, n’a fait aucune victime pour l’instant, dit un communiqué de la préfecture, ajoutant que des mesures et des prélèvements sont en cours. Paris Normandie confirme qu’à 7 heures aucune victime n’est à déplorer. « Les explosions, très impressionnantes, sont liées à des fuites d’huile », ajoute le journal régional.

Un important panache de fumée se dégage du site de l’incendie. « Par souci de précaution, il a été décidé un confinement de la population dans un périmètre de 500 mètres autour de l’entreprise », indique la préfecture, précisant que le pont Flaubert, les rues et routes dans ce périmètre sont interdits à toute circulation. Les habitants de douze communes, dont Rouen, sont invités à rester chez eux, a annoncé le préfet de Normandie. Les établissements scolaires vont rester fermés et un « spectaculaire panache de fumée domine toute l’agglomération », a ajouté Pierre-André Durand. Les « premières analyses n’ont pas fait apparaître de toxicité aiguë », selon le haut fonctionnaire lors d’une audioconférence de presse. Contactée par Paris Normandie, la préfecture a fait savoir qu’un centre opérationnel départemental (COD) a été activé, ainsi qu’un plan particulier d’intervention (PPI).

« L’urgence, c’est la maîtrise de l’incendie puisqu’il y a des explosions en chaîne qui s’entendent. Ce sont des additifs pour huile qui brûlent et c’est extrêmement spectaculaire, mais il n’y a pas de toxicité aiguë sur les principales molécules relevées », a indiqué à BFM TV Pierre-André Durand, le préfet de Seine-Maritime. Ce panache de fumée « noire » lié à la présence d’« hydrocarbures » est « forcément anxiogène », mais les « premières analyses n’ont pas fait apparaître de toxicité aiguë sur les principales molécules que nous suivons, ce qui est plutôt rassurant », a ajouté le préfet lors d’une audioconférence de presse.

« Nous n’avons pas d’éléments qui permettent de penser qu’il y a un risque lié aux fumées », a affirmé le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, sur RTL.  « Ne paniquons pas sur cette situation, mais il faut être d’une grande prudence », a ajouté le ministre.

« Le feu n’est pas circonscrit. Le dispositif monte en puissance. 200 hommes et plus de 60 véhicules sont mobilisés. J’attends des renforts nationaux », a précisé vers 7 h 30 un responsable des pompiers.

Une fuite de gaz en 2015

Il existe en France plus de 1 100 sites classés Seveso. Il s’agit d’installations industrielles jugées dangereuses car présentant des risques d’accident majeurs.

En septembre 2015, une fuite de quelque 2 000 litres d’huile minérale, qui se sont déversés dans le réseau d’évacuation des eaux pluviales après un « incident d’exploitation », s’était produite dans l’usine. Plus grave, en janvier 2013, une fuite de mercaptan dans cette société avait provoqué un nuage nauséabond qui s’était répandu jusqu’en Île-de-France et en Angleterre et avait incommodé par son odeur d’œuf pourri des millions de personnes. Le traitement de plusieurs dizaines de tonnes de mercaptan avait duré deux semaines.

 

AFROACTU.COM 

Voir Aussi

Aéronautique: Air Sénégal renforce sa flotte avec une commande de huit appareils A220

  La compagnie aérienne nationale sénégalaise, Air Senegal, a signé un protocole d’accord avec le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
52 ⁄ 26 =