Guinée Bissau: le PAIGC noue des alliances et s’offre une majorité absolue à l’assemblée nationale

 Le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), arrivé en tête des législatives de dimanche, sera en mesure de disposer d’une majorité absolue à la faveur d’alliances avec trois autres formations politiques selon un nouvel élu du parti dans la capitale.

« Nous n’avons pas obtenu la majorité absolue avec les 47 sièges sur les 102. C’est pourquoi avons-nous scellé un accord d’alliance avec trois formations politiques pour nous constituer une majorité confortable », a notamment expliqué Malang Fati.

Le PAIGC, parti historique du pays, serait donc en mesure de former et de diriger le nouveau gouvernement si cette alliance parvenait à être confirmée les jours à venir.

Le poste de Premier ministre doit revenir au chef du parti vainqueur des législatives suivant les dispositions de la Constitution bissau-guinéenne, alors que le pays était en proie depuis trois ans à une crise politique consécutive au basculement du côté de l’opposition de la majorité parlementaire à la suite de défections dans les rangs du PAIGC.

La Commission nationale électorale de Guinée-Bissau a publié mercredi les résultats provisoires du scrutin de dimanche dans un hôtel de la capitale en présence des représentants des partis politiques, des observateurs électoraux.

Des résultats contestés par le MADEM

L’annonce de ces résultats a provoqué des scènes de liesse dans les quartiers de la capitale acquis au parti au pouvoir, lequel a raflé 47 des 102 sièges de la nouvelle Assemblée nationale populaire.

Le Mouvement pour l’alternance et la démocratie (MADEM), arrivé en deuxième position avec 27 sièges, a, de son côté, contesté les résultats. Marcieno Silva Barbeiro, responsable de campagne de cette formation politique, annonçant dans la foulée le dépôt de recours contre les résultats de trois circonscriptions électorales, dont celle de la capitale.

« Nous ne sommes pas d’accord avec ces résultats proclamés par la CNE. Nous venons de déposer trois recours auprès de la Cour suprême pour contester les résultats de trois circonscriptions électorales que sont Gabou, Bissau et Bolama. Ces trois régions totalisent plus de 35 députés », a fait savoir Barbeiro lors d’un entretien avec l’envoyé spécial de l’APS.

En Guinée-Bissau, la Cour suprême dispose d’un délai de huit jours à partir de la date de publication des résultats provisoires par la CNE, pour procéder à la proclamation officielle des résultats définitifs.

La loi électorale donne également aux candidats la possibilité de déposer des recours auprès de cette haute juridiction.

En attendant, les autres parties prenantes du scrutin de dimanche, n’ont pas encore officiellement réagi aux résultats de la CNE qui attribuent 21 sièges de députés au Parti pour la rénovation sociale (PRS).

L’APO-PDGB, Alliance pour le peuple uni du Parti démocratique de Guinée-Bissau, obtient cinq députés, devançant l’Union pour le changement (UM) et le PND (Parti de la nouvelle démocratie) qui remportent respectivement un siège.

Afroactu.com

Voir Aussi

Festival de Cannes: Maïmouna Ndiaye vit un « quotidien tout à fait normal »

La Burkinabé Maïmouna Ndiaye, seule africaine dans le jury officiel du 72 e festival de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 + 25 =