Guinée-CNRD : 100 jours de gestes d’apaisement et d’espérance !

5 septembre 2021-14 décembre 2021. Cela fait jour pour jour, trois mois dix jours que le colonel Mamadi Doumbouya et ses compagnons ont pris le pouvoir à la surprise de tout le monde pour s’installer au Palais des Nations (Palais rebaptisé Mohammed V). Accueillis dans la liesse populaire, les militaires gèrent le pays depuis ce 5 septembre…

Prise inattendue du pouvoir, les premiers actes forts de nominations et de libérations des prisonniers

 Rappelons que ce jour-là, les Guinéens se sont réveillés devant le fait accompli. Les éléments du Groupement des Forces Spéciales (GFS), sous la direction de leur commandant d’alors, le Colonel Mamadi Doumbouya, après avoir pénétré, au bout de quelques heures de combats, le Palais Sekhoutoureya, ont arraché manu militari l’ex-président Alpha Condé de son sommeil, l’ont arrêté. Ils sonnèrent ainsi le glas d’un règne qui aura duré deux quinquennats et un an. Si beaucoup de Guinéens étaient surpris, certains s’attendaient tout de même à un tel scénario de fin de règne. Ainsi, dans la foulée, à la mi-journée de ce 5 septembre, une déclaration du Comité Nationale de Rassemblement et du Changement lu via les réseaux sociaux puis sur les ondes des médias d’Etat par le colonel Mamady Doumbouya, le putschiste en chef, entouré de certains de ses éléments, explique à l’opinion nationale et internationale les raisons de la prise du pouvoir, rassure et fixe les grandes lignes de ce qui va se passer dans les jours suivants.  Ce colosse noir au calme olympien, coiffé du béret rouge portant l’insigne des forces spéciales, annonce dans la foulée la rédaction d’une nouvelle Constitution, la refondation de l’Etat, de la réforme du système électoral, la refonte du fichier électoral, la lutte contre la corruption et appelle ses compatriotes à l’unité nationale et à la réconciliation.

Le lendemain, c’est-à-dire le 6 septembre, commence la nomination et l’installation de huit nouveaux Gouverneurs de régions et les trente-et-trois nouveaux préfets. Tous issus des rangs des forces de défense et de sécurité. Entre la prise du pouvoir et les premiers actes de nominations, tout va vite pour le leader de la junte qui a envie de vite tourner la page du régime Alpha Condé.  C’est ainsi comme d’ailleurs à la faveur de tout coup d’Etat, ils ouvrent les portes des bagnes et fait libérer des dizaines de prisonniers politiques qui y croupissaient depuis des mois parfois sans avoir été jugés.

Le putsch est consommé, arrivées à Conakry des premières délégations de haut niveau de la CEDEAO

-Le 17 septembre, deux chefs d’Etat de la sous-région, Nana Akufo Addo du Ghana, alors président en exercice de la CEDEAO et Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire effectuent une visite à Conakry au nom de l’organisation ouest-africaine.

Concertations des forces vives et mise en place de la charte de la Transition

 Les jours qui suivent, le nouveau maitre du pays entreprend les concertations nationales élargies à toutes les forces vives au Palais du Peuple.  Ces concertations déboucheront sur l’élaboration de la Charte de la Transition le 27 septembre. Cette charte qui fait du colonel Mamadi Doumbouya, le président de la Transition et qui prévoit la mise en place d’un Conseil national de la transition (CNT). Celui-ci fera office de parlement et devra rédiger la prochaine constitution. ….

Voir Aussi

La population du monde francophone atteint 536 millions d’habitants

Après avoir récemment dépassé l’Union européenne, dans ses anciennes frontières incluant le Royaume-Uni, le monde …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 − 4 =