Hong Kong: l’heure est au règlement de compte entre autorités et manifestants

 

Hong Kong à l’heure des règlements de compte

 

Alors qu’une précaire accalmie semble planer sur Hong Kong l’heure est au règlement de comptes entre autorités et manifestants. À ce chapitre, cinq adolescents ont été arrêtés dans l’ex-colonie britannique, accusés en cela d’avoir mis fin à la vie d’un homme lors d’affrontements entre manifestants prodémocratie et antigouvernementaux. La victime fut atteinte à la tête par un jet de briques au cours mi-novembre, a annoncé samedi la police.

Ce sont trois jeunes hommes et deux jeunes femmes, âgés entre 15 à 18 ans, qui ont été arrêtés soupçonnés d’homicide, d’émeute et de coups et blessures. Ils sont pour l’heure détenus dans l’attente d’une enquête plus approfondie, a écrit la police dans un communiqué.

Les faits selon la police ce sont produits quand septuagénaire, agent d’entretien avait été touché à la tête par une brique. Il était en train de démonter une des barricades édifiées par les militants pros-démocratie.

C’était le premier point noir de la contestation qui jusque-là se déroulait pacifiquement. Dans des vidéos du drame montrant les affrontements on voit un homme s’effondrer sur le sol après avoir reçu sur la tête une des nombreuses briques qu’on se jetait de part et d’autre.

Cinq jours auparavant, un étudiant de 22 ans, Alex Chow, était décédé après être tombé début novembre d’un parking à étages lors d’affrontements avec la police. Deux jours après un étudiant de 21 ans avait été blessé à son tour par balle à l’abdomen par la police.

Ces incidents avaient déclenché des troubles, particulièrement sur les campus universitaires de la ville. Depuis les manifestations ont redoublé de violences et les manifestants procédaient par raids sporadiques que l’on a appelés (« Éclosion généralisée »).

Le mouvement est né d’un projet de loi qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine. Le texte a été enterré, mais les manifestants ont élargi leurs revendications pour obtenir plus de démocratie.

Ces dernières semaines ont vu les violences entre manifestants et policiers se calmer, après la victoire écrasante des pros-démocratie aux élections locales du 24 novembre.

 

AfroActu.com

Voir Aussi

L’opposition guinéenne fustige le mutisme de la CEDEAO

  Le double scrutin prévu dimanche va se dérouler dans un contexte de tension après …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 × 12 =