Irak: 34 soldats américains blessés dans le raid iranien du 8 janvier

Des soldats américains nettoyant les débris causés par les tirs de missiles iraniens survenus quelques jours plus tôt sur la base aérienne d’Aïn Al-Asad, en Irak, le 13 janvier.

Trente-quatre soldats américains ont été victimes de commotion cérébrale après l’attaque par l’Iran d’une base aérienne d’Aïn al-Assad en Irak début janvier, a annoncé vendredi 24 janvier le Pentagone.

La moitié a déjà réintégré ses unités, mais huit soldats ont été rapatriés aux Etats-Unis et neuf autres ont été évacués vers un hôpital militaire américain en Allemagne, pour y être traités, a détaillé au cours d’une conférence de presse un porte-parole du ministère de la défense, Jonathan Hoffman.

Parmi les symptômes ressentis par les soldats après les explosions : « maux de tête, vertiges, hypersensibilité à la lumière, agitation et nausées. » Ces symptômes ont rapidement disparu dans certains cas mais pour les autres, ils se sont aggravés et les militaires concernés ont été évacués.

« Je ne considère pas ça comme des blessures graves »

Dans la nuit du 7 au 8 janvier, Téhéran avait lancé des missiles contre les bases d’Aïn al-Assad (ouest) et d’Erbil (nord), où sont stationnés certains des 5 200 soldats américains. Il s’agissait alors de représailles à l’élimination du général iranien Ghassem Soleimani, tué par un drone près de Bagdad quelques jours auparavant. 

« Aucun Américain n’a été blessé dans les attaques de la nuit dernière », avait déclaré peu après l’attaque iranienne le président des Etats-Unis Donald Trump dans un discours télévisé. Mais, la semaine dernière, le Pentagone avait reconnu qu’une dizaine de soldats souffraient en réalité de commotion cérébrale.

Interrogé à ce sujet à Davos, M. Trump, qui cherche à éviter toute escalade militaire avec Téhéran, a de nouveau minimisé mercredi l’impact des frappes iraniennes. « J’ai entendu dire qu’ils avaient mal à la tête, a-t-il réagi. Je ne considère pas ça comme des blessures graves. »

Le porte-parole du Pentagone a expliqué vendredi le nouveau bilan par le fait que ces symptômes mettent souvent plusieurs jours à apparaître.

AfroActu.com

Voir Aussi

Sénégal – Guinée Bissau: des arbitres tunisiens et marocains pour officier lors de la double confrontation

Des arbitres du Maroc et de la Tunisie ont été désignés par la Confédération africaine …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 ⁄ 1 =