La « Fête du sacrifice » ou « Aid al-adha »

Le dixième jour du mois de dhûl-ḥijja (dernier mois de l’année musulmane lunaire), correspondant au « jour du nah’r » – c’est-à-dire de l’immolation – pour les pèlerins de la Mecque, la communauté des croyants musulmans, oumma, se manifeste en accomplissant une « réplique du sacrifice de Mina » : c’est l’aid al-kabîr (la grande fête) ou aid al-aḍḥâ (fête du sacrifice) de l’aire arabophone, appelée aussi Kurban Bayramï par les Turcs, Tabaski par les négro-africains, Tfaska par les Berbères, Eid Zoha par les Pakistanais…

Deux termes différents désignent ces deux sacrifices accomplis le même jour en commémoration du sacrifice d’Abraham : le hady est le sacrifice inclus dans le pèlerinage, tandis que celui qui est effectué par les pères de famille hors de La Mecque s’appelle ḍaḥiyya. Ces deux sacrifices sont inscrits dans un temps limité, mais seul le premier est déterminé dans l’espace (La Mecque) ; le cadre naturel, mais non obligatoire, du sacrifice de l’aid al-kabîr…

Bonne fête aux musulmans du monde entier.

Voir Aussi

La Tanzanie a atteint l’autosuffisance alimentaire, selon le Premier ministre

La Tanzanie est autosuffisante sur le plan alimentaire à environ 120%, a annoncé samedi le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 − 2 =