Le tourisme mondial en baisse de 87%, l’OMT appelle à redresser la barre

Les effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19 sur le tourisme mondial continuent en 2021. Les nouvelles données faisant apparaître une chute de 87 % des arrivées de touristes internationaux au mois de janvier par rapport à 2020. L’heure reste à la prudence en ce qui concerne les perspectives pour le reste de l’année. L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) continue de recommander de mieux coordonner les protocoles de voyage entre les pays pour permettre une reprise sûre du tourisme et éviter au secteur de subir une autre année de pertes colossales.

Après une fin 2020 difficile, le tourisme mondial a connu d’autres coups durs en ce début d’année 2021 avec le durcissement des restrictions sur les voyages décidé par les pays face aux nouvelles flambées du virus. D’après la dernière édition en date du Baromètre OMT du tourisme mondial, toutes les régions du monde ont continué d’enregistrer de fortes chutes des arrivées de touristes au premier mois de l’année. La chute des arrivées de touristes a été de 87 % en janvier 2021, a affirmé l’OMT dans sa dernière publication.

Par ailleurs, l’Organisation mondiale du Tourisme montre que les dépistages obligatoires, les quarantaines et dans certains cas la fermeture complète des frontières, sont autant des facteurs considérés comme des obstacles à la reprise des voyages internationaux. En outre, les informations laissent entendre que les vaccinations ont progressé à une échelle et à un rythme moins importants que prévu, retardant encore plus le redémarrage du tourisme.

Pour le Secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikashvili, 2020 a été la pire année de l’histoire du tourisme. Pour redresser la barre en 2021, M. Pololikashvili croit la communauté internationale doit poser des actions énergiques et urgentes.

«Ce sont des millions et des millions de personnes et d’entreprises qui en dépendent. Une meilleure coordination entre les pays et des protocoles sanitaires et de voyage harmonisés sont essentiels si l’on veut rétablir la confiance à l’égard du tourisme et permettre une reprise sûre des voyages internationaux d’ici la haute saison estivale dans l’hémisphère Nord », a déclaré le secrétaire général de l’OMT:

Toutes les régions du monde sont durement touchées

Toujours selon l’OMT, l’Asie-Pacifique (-96 %), région qui maintient le plus haut niveau de restrictions sur les voyages, est celle qui a subi la plus forte baisse des arrivées internationales au mois de janvier.

Quant aux continents Europe et Afrique, ils ont enregistré tous les deux une baisse de 85 % des arrivées et le Moyen-Orient une chute de 84 %. Les Amériques, pour sa part, ont connu une baisse de 77 % des arrivées internationales au mois de janvier après avoir obtenu des résultats un peu meilleurs au dernier trimestre de l’année.

Des possibilités de rebond plus tard en 2021

Sachant que, début février, 32 % de toutes les destinations mondiales étaient complètement fermées aux touristes internationaux, l’OMT prévoit des premiers mois 2021 difficiles pour le tourisme mondial.

D’après les tendances actuelles, l’OMT s’attend à ce que les arrivées de touristes internationaux affichent une baisse d’environ 85 % au premier trimestre 2021 par rapport à la même période en 2019. Cela représenterait quelque 260 millions d’arrivées internationales en moins par rapport aux niveaux d’avant la pandémie. Pour la suite, l’OMT a élaboré deux scénarios pour 2021, envisageant un possible rebond des voyages internationaux en deuxième partie d’année. Ces scénarios se fondent sur un certain nombre d’éléments, tout particulièrement une levée importante des restrictions sur les voyages, le succès des programmes de vaccination ou encore la mise en place de protocoles harmonisés tels que les Certificats verts numériques programmés par la Commission européenne.

Le premier scénario fait entrevoir un rebond en juillet, qui se traduirait par une augmentation de 66 % des arrivées internationales en 2021 par rapport aux plus bas historiques de 2020. Dans ce cas, les arrivées resteraient néanmoins inférieures de 55 % au niveau de 2019. Dans le second scénario, le possible sursaut surviendrait en septembre et ferait augmenter les arrivées de 22 % par rapport à l’an dernier, celles-ci demeurant néanmoins inférieures de 67 % au niveau de 2019.

Voir Aussi

Etats-Unis: l’administration Biden lève les sanctions imposées à l’encontre de Fatou Ben Souda

Les États-Unis ont procédé en fin de semaine dernière, à la levée des sanctions contre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 24 =