Le Zimbabwe envisage la vente de son stock d’ivoire

Le Zimbabwe envisage de se retirer de l’accord qui interdit le commerce des espèces animales menacées afin de vendre son stock d’ivoire.

 

La vente devrait lui permettre d’entretenir ses parcs et ses réserves d’éléphants.

Confronté a une grave crise économique, le Zimbabwe a accumulé au cours des trois dernières décennies des réserves d’ivoire d’une valeur estimée à 300 millions de dollars qu’il ne peut monnayer en vertu d’une convention internationale, CITES signée en 1989.

Cette liste autoriserait la vente de l’ivoire sous certaines conditions, notamment en trophées de chasse.

Les autorités zibabwéennes estiment que « les populations qui vivent près des réserves doivent profiter de la présence des éléphants grâce à la vente de leur ivoire. »

Tinashe Farawo, un porte-parole de l’Autorité zimbabwéenne de gestion des parcs et de la faune, estime que « la CITES devait réguler le commerce des espèces menacées ». « S’il n’y a pas de commerce du tout, elle ne sert plus à rien », a-t-il conclu.

Le Zimbabwe qui accueille 84.000 éléphants, en vend régulièrement à la Chine pour financer leur protection.

Le Botswana a quant à lui décidé le mois dernier de rétablir la chasse aux éléphants pour mieux en contrôler la population.

 

AfroActu.com

Voir Aussi

Horticulture: poursuite de la tendance haussière de la production horticole du Sénégal en 2018

  La production horticole du Sénégal s’accroit d’année en année de 2012 à 2018, selon …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 × 23 =