L’Ecole de l’armée de l’air de Thiès équipée de 2 nouveaux avions

 

Le ministre des Forces armées, Sidiki Kaba, a réceptionné jeudi à la base aérienne de Thiès, deux avions d’entraînement au profit de l’Ecole de l’armée de l’air.

Les deux appareils de type TB-30 Epsilon, ont été régénérés par l’entreprise française Société assistance aéronautique et aérospatiale (AAA).

La cérémonie de réception a enregistré la présence d’officiers sénégalais et français et de l’ambassadeur Christophe Bigot.

Cette cérémonie est « en parfaite cohérence » avec la politique de défense nationale définie par le président de la République, chef suprême des armées, a relevé Sidiki Kaba.

« Une [des priorités du président Sall] est d’équiper l’armée en matériel performant et de qualité pour répondre de manière efficace aux enjeux sécuritaires », a dit le ministre.

Ces appareils permettront d’augmenter les capacités de formation de l’Ecole de l’armée de l’air, a-t-il noté.

Ils devraient aussi faciliter l’inter-opérationnalité lors des manœuvres conjointes prévues entre le Sénégal et la France dans le cadre de la lutte contre les « menaces transfrontalières émergentes, telles que le terrorisme et le trafic illicite de tous genres ».

M. Kaba a salué le « soutien constant et multiforme » de la France qui a cédé ces deux avions, après une première cession de quatre appareils similaires en 2014 au profit de l’armée de l’air du Sénégal.

Ces appareils, a indiqué un pilote, peuvent voler jusqu’à 500km/heure, de nuit et sous une « mauvaise météo », avec un rayon d’action de 900km. Ils ont aussi l’avantage de nécessiter une « faible consommation en carburant », à hauteur de 70 litres au kilomètre.

Un troisième appareil est en cours de convoyage par voie maritime, a relevé Sidiki Kaba. Il devra servir à la maintenance de la flotte de six avions de l’Ecole.

« La raréfaction des places de formation offertes par les pays partenaires, combiné au besoin croissant en pilotes, ont conduit l’armée de l’air à se lancer dans la dynamique de former ses propres pilotes », a expliqué le général de brigade aérienne Joseph Mamadou Diop, chef d’état-major de l’armée de l’air.

Les résultats obtenus cinq ans après l’acquisition des quatre premiers aéronefs, ont poussé l’armée de l’air à introduire une nouvelle demande de cession de TB-30, a noté l’officier.

Il a salué le rôle du commandement dans la conduite de ce projet d’acquisition et de régénération d’aéronefs.

Le général de brigade aérienne s’est dit « convaincu » de pouvoir continuer à bénéficier de cet appui pour faire de la Base aérienne de Thiès un « pôle d’excellence » pour la formation des personnels nationaux et de stagiaires de pays amis.

Des Béninois et des Togolais figurent parmi les 15 stagiaires formés depuis 2014. Dix d’entre eux sont des pilotes de chasse et les cinq autres versés dans le transport.

L’ambassadeur de France, Christophe Bigot, a dit sa « fierté » de voir son pays participer à l’édification pierre par pierre du « temple » de l’armée de l’air sénégalaise.

Le diplomate a souligné l’importance de disposer d’une école de l’armée de l’air pour la sécurité, la lutte contre le terrorisme et la souveraineté.

La présence sénégalaise dans les opérations de maintien de la paix, rend aussi cette autonomie nécessaire, a-t-il fait valoir, relevant que des hélicoptères sénégalais participent à la MINUSCA.

M. Bigot, ancien de l’armée française, a salué le talent des pilotes sénégalais qui ont convoyé ces deux avions depuis la France.

Il dit espérer que ce partenariat sera approfondi avec la participation du Sénégal au Salon du Bourget en juin. Cela, pour épouser la devise de l’armée de l’air sénégalaise « Plus haut en persévérant ».

 

AfroActu.com

Voir Aussi

Tensions de trésorerie: le ministre sénégalais des finances dément et précise

Le ministère des Finances et du Budget a démenti les informations de presse faisant état …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 × 5 =