Les causeries du Ramadan: une tradition annuelle présidée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI

 

Le Roi du Maroc veille à préserver ces causeries et à promouvoir leur rayonnement théologique et religieux, en en faisant une tribune de diffusion de la sagesse de l’islam et de la bonne parole.

Le palais royal de Rabat est une université du Ramadan où les érudits, les cheikhs, les prédicateurs, les lecteurs, les penseurs du Maroc et de l’étranger sont invités à donner leur leçon sur les problèmes et les préoccupations de la Oumma islamique, selon une méthodologie scientifique fondée sur la sagesse et la modération pendant le mois de Ramadan.

Avant la fondation de ces causeries religieuses, fondées par Al-Hassan II en 1963 et qui ont coïncidé avec l’élection du premier parlement marocain, le défunt avait peur étant donné que son pays était jeune et avait une ère d’indépendance. Les vagues d’oppression idéologique occidentale s’étendaient sur les pays arabes et islamiques, ainsi que la montée de la vague communiste athée et la montée de la gauche dans les universités marocaines.

Ses causeries religieuses, se déroulent en présence des personnalités les plus importantes de l’État marocain, telles que princes, conseillers, officiers, ministres, chefs d’équipes parlementaires, membres de départements ministériels, chefs de conseils scientifiques, doyens d’universités et de nombreuses autres personnalités scientifiques et culturelles, intellectuels et penseurs.

Avant le début de ces leçons ou causeries religieuses, des versets Coranniques ont été lus par de célèbres lecteurs du Maroc ou de l’extérieur.

Cette leçon est transmise directement par les ondes de la radio et de la télévision nationales.

Le titre de prince des croyants était celui de l’émir des croyants, ce qui a eu une incidence sur le comportement de Hassan II dans la conduite des affaires religieuses, notamment par la mise en place de leçons de Hassania Ramadan destinées à réévaluer le statut des érudits et leur rôle. L’immunité effective de la nation et la création de cette plateforme scientifique pour contribuer au gouffre islamique, en raison des nombreux facteurs de démolition qui ont alimenté l’esprit de sédition. Les cours étaient ouverts à tous les érudits et professeurs, quelles que soient leurs doctrines et leurs orientations, sunnites, chiites ou ibadites. Ces leçons ont également ouvert la porte aux cheikhs soufis.

Beaucoup de savants, des érudits, des cheikhs, des prédicateurs, des lecteurs et des penseurs ont participé à ces leçons religieuses, tels que :

L’imam Abou al-A’la al-Mawdudi, les cheikhs d’Al-Azhar, ainsi que le cheikh Abdul-Fattah Abou Ghoudah, ainsi que le dirigeant chiite Imam Moussa al-Sadr, le Dr. Abdullah Ben Abdul Mohsen al-Turki, secrétaire général de la Ligue mondiale musulmane, Sheikh Aboul Al-Coulan, Saeed Ramadan Albouti, Cheikh Mohammed Habib Balkhuja, Dr. Essam Ahmed Al-Bashir, ancien ministre des Awqaf au Soudan, et Subhi Saleh, et Sheikh Yusuf Al-Qaradawi et autres.

Sous le règne de Mohammed VI, les leçons de la première représentation féminine étaient marquées par la chaire du Dr. Raja Naji Al-Makawi.

« Est une bonne année et une saison de bonnes saisons qui déborde dans les bénédictions du Ramadan et comprend les révélations du Ramadan, la générosité et la sélection de Karim, alors Dieu a appelé à la ligne et au plan … » a déclaré Cheikh Mohammed Taha al-Sabunji, le mufti de Tripoli au Liban, en réponse à ces leçons du Ramadan.

 

AfroActu.com

Voir Aussi

Horticulture: poursuite de la tendance haussière de la production horticole du Sénégal en 2018

  La production horticole du Sénégal s’accroit d’année en année de 2012 à 2018, selon …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 × 17 =