Les femmes africaines face aux défis du numérique

 

 

Les femmes africaines  sont plus que déterminées à renforcer la capacité  de leurs ressources humaines pour être en face avec les exigences  de la 4e révolution industrielle.

Les féministes  ne veulent plus rater le dernier train du développement  dans un contexte ou l’innovation et la technologie sont devenues des facteurs essentiels de production.

Dans une conférence-débat, tenu jeudi 20 juin  à Dakar,  sous le thème : « rôle des femmes leaders africaines dans la promotion des  sciences, technologies ingénierie et mathématiques (STEM) , les panélistes ont échangé sur les enjeux et défis à relever pour les femmes africaines face à cette nouvelle donne.

Les acteurs (experts, professeurs,  entrepreneurs, chef d’entreprises …) ont mis un accent particulier sur  l’autonomisation des femmes africaines à travers le digital.

Cette  rencontre a  été   organisée par  le groupe Afrique challenge et  le CSR and leaders by  lattitude monde en partenariat avec  plus  30 structures dont Financial Afrik.

Cette initiative a pour objectif principal, de créer une véritable synergie des mouvements féministes  afin de libérer le potentiel de la femme  africaine.

Ces dernières qui doivent  contribuer de manière significative à la création de valeur ajoutée dans le continent.

Évoquant  le domaine de la santé, le professeur Raja AGHZADI, chirurgienne cancérologue, a soutenu « à l’heure où les pays asiatiques comme la Corée du sud sont sur  des technologies de pointe pour faire avancer la médecine,  l’afrique est à 3% ducorps médical dans le monde.

Alors que , se désole-t-elle le continent représente 25% de la population mondiale avec une part importante de femmes .

La fondatrice de l’association marocaine de lutte contre le cancer du sein, est formelle l’afrique doit renforcer son capital humain.

Pour le  chef de département  responsabilité sociétale d’entreprise de sonatel/Orange, Rokhaya Solange Ndir, une capacitation des ressources humaines (féminines) s’impose face une démographie galopante.

La responsable a soutenu que  la digitalisation doit aider les femmes à accroitre  leurs revenus dans leurs activités.

Et d’ajouter, « les études montrent  que  les femmes gagnent plus de revenus et 90% de leurs budgets sont réinvesti  dans le bien être de leurs familles pour améliorer le vécu quotidien à savoir l’éducation et la santé ».

Dans cette dynamique, sa structure  pour aider  les femmes sénégalaises, a lancé, une initiative dénommée « Linguere Digital Challenge » pour  appuyer  les projets entrepreneuriaux des femmes.

De son côté,  Ameenah Gurib Fakim, 6e présidente de la Maurice, a mentionné  que, « face aux exigences du marché moderne,  l’Afrique qui représente  52% des filles, doit mettre en place un écosystème favorable pour pouvoir bénéficier de cette nouvelle donne ».

Le capital humain  en Afrique  souligne-elle  qui  ne représente que  2%  des investissements en moyenne doit être  revue à la hausse.

En rappel, CSR and LEADERS a un carnet  d’adresse de 500 participants, 100 speakers, 30 partenaires et  plus de  100 entreprises, évoluant dans 21 pays du monde.

Dans son agenda 2020, le prochain rendez-vous est pris à Marrakech (Maroc) pour la 4 édition de l’african Business  and social responssability forum.

AfroActu.com

Voir Aussi

Finale CAN 2019: le onze de départ qui va affronter les fennecs

  Le Sénégal affronte l’Algerie pour sa  deuxième finale de CAN de l’histoire. Le sélectionneur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
32 ⁄ 4 =