Sénégal: les Généraux Cheikh Wade et Joseph M. Diop faits chevaliers de la Légion d’honneur

 

Le général de brigade aérien, chef d’état-major de l’armée de l’air sénégalaise, Joseph Mamadou Diop et le général de brigade Cheikh Wade, ont été faits ce lundi, chevaliers de la légion d’honneur, pour services rendus à la France.
Ils ont reçu leur distinction des mains de l’ambassadeur de France au Sénégal, Philippe Lalliot, au quartier Colonel Geile à Ouakam (Dakar), un camp des éléments français au Sénégal (EFS). Cette cérémonie entre dans le cadre de la commémoration de la signature l’Armistice de 1918 qui a mis fin à la Première guerre mondiale (1914-1918).
Étaient présents des diplomates, des autorités administratives, des détachements des armées sénégalaises, canadiennes et espagnoles, ainsi qu’une dizaine d’anciens combattants, tirailleurs sénégalais de la Seconde guerre mondiale (1939-1945).
Deux militaires français ont également été faits chevaliers de la Légion d’honneur et d’autres décorés de médailles militaires tels qu’officier dans l’Ordre national du mérite, ou encore, la Croix de la valeur militaire avec étoile bronze, par le général de Brigade Bruno Baratz, commandant les EFS.
« Il y’a un siècle, le 11 novembre 1919, la France observe pour la première fois de son histoire, une minute de silence en mémoire de tous les combattants qui sont tombés au cours d’un conflit mondial particulièrement meurtrier », a ainsi rappelé le général de brigade Bruno Baratz, en procédant à la lecture de l’ordre du jour.
« Aujourd’hui encore, nous nous rassemblons en ce jour anniversaire pour saluer la mémoire de ces combattants qui ont été plongé dans l’enfer d’une guerre industrielle dont on ne pouvait pas imaginer les conséquences, au rythme effrayant de mille morts par jour, pendant quarante mois », a-t-ajouté.
Il a ainsi remercié les alliés y compris notamment les milliers de tirailleurs sénégalais qui ont prêté main forte aux poilus (soldats français), dans les « mêmes conditions de vie, dans la boue et la glaise », partageant « les mêmes angoisses avant l’assaut, la terreur des bombardements, la nostalgie du foyer, la même joie et le bonheur dans la victoire, et le même espoir dans la paix retrouvé ».
« C’est parce que la guerre plonge de manière universelle les hommes et les femmes dans le tragique de l’humanité que le 11 novembre a été choisi pour nous souvenir de tous ceux qui sont tombés pour défendre la nation pour perpétuer le souvenir de ceux qui ont affronté la dureté des combats, afin que nous puissions vivre nos valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité », a-t-il martelé.
Le général de brigade Bruno Baratz a par ailleurs souligné que « la paix n’est jamais acquise, elle se prépare, elle se conquiert, elle se protège », car selon lui, « la soif de domination de certains, le fanatisme d’autres font que la guerre demeure la compagne des communautés humaines ».
« C’est le sens, a-t-il expliqué, de l’action, des quatre-cents militaires français au Sénégal » pour « renforcer les capacités des armées ouest africaines » et partager avec ces dernières, leurs « expériences » pour faire face « aux défis sécuritaires qui pèsent sur la stabilité régionale, surtout dans le Sahel ».
« C’est la raison pour laquelle, nous resterons pleinement engagés à leur côté, à l’écoute de leurs instructions pour que demain nous parvenions à vaincre ensemble, comme nous l’avons déjà fait il y’a plus d’un siècle sur les champs de batailles européens car nous en sommes persuadés plus que jamais que la victoire ne peut être que collective », a-t-il conclu.
AfroActu.com

Voir Aussi

Angola: fin de règne de la dynastie Dos Santos

Inédit ! Pour la première fois de l’histoire en Angola, on assiste à une audience  où …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 5 =