Mali: la CEDEAO exige la tenue de la présidentielle en février

La CEDEAO met en garde le Mali sur la tenue de l’élection présidentielle. Le président de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest Nana Akufo-Addo a rappelé au colonel Assimi Goïta que l’élection présidentielle prévue en février devra se dérouler comme prévu.

Un membre de la délégation en visite au Mali a précisé que l’objectif était de faire passer un message ferme aux dirigeants par intérim. Des membres de la communauté économique devraient revenir à la fin du mois d’octobre et espèrent obtenir de nouvelles garanties.

« Nous avons manifesté aujourd’hui à l’aéroport, et pendant la réception pour montrer que le peuple malien est d’accord avec la CEDEAO, et surtout que la CEDEAO va nous comprendre et nous aider dans ce sens », explique Ibrahima Traore, le coordinateur général de la coalition des jeunes M5-RFP.

« Nous sommes avec la CEDEAO. Vous avez vu que la manifestation a été très pacifique. C’est pour montrer que le peuple malien est un peuple pacifique, compréhensif, amical envers tous ceux qui veulent nous aider. Oui, nous tendons la main à tous ceux qui veulent vraiment nous aider par l’amitié et la fraternité et nous sommes ensemble. C’est pour cela que nous sommes sortis aujourd’hui ». Le colonel Assimi Goïta est à l’origine des deux coups d’état qui ont secoué le Mali dernièrement. Après le premier putsch, il avait installé un gouvernement intérimaire sous la pression internationale, avant de le démettre en mai et de s’annoncer président par intérim.

Voir Aussi

Les guinéens réclament justice aux funérailles de M’mah Sylla

Plus d’une centaine de Guinéens se sont réunis mercredi 24 novembre à Conakry la capitale …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
46 ⁄ 23 =