Mali: les chefs d’États exigent le respect du processus démocratique d’accession au pouvoir

Les chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ont tenu un sommet extraordinaire sur la situation politique au Mali le 30 mai 2021, à Accra, au Ghana.

Le Sommet extraordinaire a été convoqué pour faire le point sur la crise sociopolitique qui prévaut au Mali à la suite de l’arrestation, de la détention et des démissions subséquentes du Président et du Premier Ministre de la transition le 26 mai 2021.

A l’issue des travaux, les chefs d’État condamnent fermement ce récent coup d’État, qui est une violation des décisions prises lors du sommet extraordinaire tenu au Peduase Lodge, Aburi, Ghana, le 15 septembre 2020 et une violation de la Charte de transition.

Par ailleurs, après de longues discussions sur la situation au Mali, les chefs d’État et de gouvernement ont pris les décisions suivantes:

  • réaffirmation de l’importance et de la nécessité de respecter le processus démocratique d’accession au pouvoir, conformément au Protocole de 2001 de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance.
  • Condamnation  en particulier de toutes les actions qui ont conduit à l’instabilité persistante au Mali et ses conséquences dans la région.

Toutefois, les chefs d’États ont décidé  de suspendre le Mali des institutions de la CEDEAO conformément aux dispositions de la CEDEAO. Ils demandent  la nomination immédiate d’un nouveau Premier ministre civil, le tout accompagné par l’installation d’un nouveau gouvernement inclusif devant  être formé pour poursuivre le programme de transition.

Concernant l’organisation d’une élection  présidentielle prochaine, les chefs d’États réaffirment  la nécessité de respecter la période de transition de 18 mois décidée à Accra. Dans ce contexte, la date du 27 février 2022 déjà annoncée pour l’élection présidentielle doit être absolument maintenue. A cet effet, un mécanisme de suivi sera mis en place.

Notons que les chefs d’États Exhortent tous les partenaires internationaux (l’Union africaine, les Nations Unies et l’Union européenne) à continuer à soutenir le Mali dans la mise en œuvre réussie de la transition.

Daouda Bakary Koné

Voir Aussi

Les Ethiopiens aux urnes sur fond de famine au Tigré

Les Ethiopiens ont commencé à voter lundi matin pour une élection attendue et scrutée, qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 11 =