Maroc: la cité idrisside célèbre son histoire séculaire

Fès subjugue par la profusion de ses monuments, dont 9.000 maisons historiques, 11 medersas,  43 écoles coraniques, 83 mausolées et 176 mosquées.

 

Fès subjugue par la profusion de ses monuments, dont 9.000 maisons historiques, 11 medersas, 43 écoles coraniques, 83 mausolées et 176 mosquées.

La ville de Fès, capitale spirituelle du Royaume aux douze siècles d’existence, s’apprête à fêter sa dixième journée annuelle en mettant en lumière son histoire ancestrale et son rayonnement mondial. Cette journée, qui coïncide avec la pose en l’an 808 des premières fondations de la Cité idrisside, est désormais devenue un rendez-vous incontournable pour revisiter l’histoire millénaire de la ville. Célébrée le 4 janvier, elle vise à mettre en valeur le passé prestigieux de la ville et à contribuer à l’élaboration d’une vision prospective dédiée à booster tant sa compétitivité économique que son attractivité touristique et culturelle. Il s’agit d’une messe publique de débat, de questionnement et d’initiatives autour des différents aspects d’évolution et de mutation de Fès, cité gardienne de son patrimoine, ouverte sur le monde et attachée à son style de vie. Classée patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, la ville subjugue par la profusion de ses monuments, dont ses 9.000 maisons historiques, ses 11 medersas, ses 43 écoles coraniques, ses 83 mausolées et ses 176 mosquées, son université Al Quaraouiyine, outre ses 1.200 ateliers d’artisanat d’art et ses grandes tanneries traditionnelles.

Espace d’art, de culture et de spiritualité par excellence, Fès demeure bel et bien un modèle vivant de la ville méditerranéenne et arabo-musulmane. Aux splendides Borjs et pittoresques murailles, la ville tente tant bien que mal à retrouver son lustre d’antan et à relever les défis pour assurer son développement local et favoriser son décollage économique. Instituée en 2011 par des associations de la société civile actives dans les domaines de la préservation du patrimoine, de la protection de l’environnement et de la diffusion des valeurs de citoyenneté, cette journée annuelle demeure une opportunité de mobilisation et d’examen des mécanismes à même d’élaborer une vision prospective de la ville, d’accompagner son expansion urbanistique et de la remettre sur les rails du développement durable.

Au cours des dernières années, Fès a bénéficié d’une série de projets ayant contribué à la redynamisation de sa médina. Il y a lieu de citer, en particulier, le programme de restauration de 27 monuments et sites historiques de la médina de Fès, de quelque 4.000 bâtisses menaçant ruine, ainsi que des tanneries, des ponts et des médersas édifiées par la dynastie des Mérinides entre le 13e et le 14e siècle, lancé avec des investissements de plus de 615 millions de DH.

Cette opération vise à insuffler une nouvelle dynamique socio-économique et culturelle dans un contexte chargé d’histoire et de patrimoine et à assurer la pérennité des monuments, tout en érigeant ces sites en outils de création d’emplois et de richesse et dont les revenus seront réinjectés dans les opérations de conservation du patrimoine culturel de la médina.

Une autre initiative concerne la dynamisation de la cité et la promotion de son patrimoine, à travers l’ouverture des célèbres foundouqs Chemmaïne-Sbitriyine, Barka et Staouniyine, situés au cœur de la médina de Fès, à des activités de l’artisanat en voie de disparition et à des services culturels et touristiques. Ces merveilles architecturales, qui datent des 13e et 14e siècles, ont pu retrouver une seconde vie et, avec eux, un pan entier du patrimoine de la médina de Fès.

Il importe aussi de mettre en valeur, dans ce cadre, le programme complémentaire pour la valorisation de l’ancienne médina de Fès. Ce programme, qui mobilise une enveloppe budgétaire de 583 millions de DH, vise à rendre la ville attractive pour la population, notamment la classe moyenne, mais aussi pour les visiteurs. Les projets inscrits dans le cadre du programme complémentaire concernent six axes majeurs dont la réhabilitation de 11 monuments historiques et lieux emblématiques, la restauration des lieux de culte, les activités d’artisanat et de commerce traditionnel et 37 sites autres, dont 30 fontaines, outre la réhabilitation du site historique de Dar Al Makina.

 

AfroActu.com

Voir Aussi

L’opposition guinéenne fustige le mutisme de la CEDEAO

  Le double scrutin prévu dimanche va se dérouler dans un contexte de tension après …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 − 9 =