Minusma : après le Londres et Abidjan, Berlin annonce le retrait de ses troupes

Selon l’agence de presse AFP (Agence France Presse), « les soldats allemands doivent mettre fin à leur engagement dans l’opération des casques bleus de l’ONU Minusma au plus tard fin 2023 ». Cette décision, qui fait l’objet d’un accord de principe au sein du gouvernement allemand, devrait être annoncée officiellement le mardi prochain, selon la source gouvernementale allemande citée par AFP.

« Après le Royaume Uni et la Côte d’Ivoire, c’est au tour de l’Allemagne de retirer ses troupes engagées au sein de la MINUSMA. Le retrait se fera au plus tard 2023 », a indiqué une source gouvernementale allemande citée par AFP.

Le 14 novembre dernier, le Royaume-Uni a annoncé le retrait anticipé de ses militaires déployés au Mali. Le secrétaire d’État britannique à la Défense a justifié le retrait anticipé des forces de son pays de la Minusma, en prétextant que les autorités maliennes ont recours aux mercenaires russes de Wagner.

La Côte d’Ivoire a annoncé, le 11 novembre dernier, le retrait progressif de ses troupes déployées au Mali au sein de la Minusma d’ici au mois d’août 2023, selon une note des autorités ivoiriennes adressée aux Nations unies.

« La Mission Permanente confirme la décision de retrait progressif des personnels militaires et de police ivoiriens déployés au sein de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) telle qu’annoncée le 28 octobre 2022 par le ministre délégué Léon Kacou Adom, lors de son entretien avec le Secrétaire Général Adjoint aux Opérations de Paix, Monsieur Jean Pierre Lacroix », lit-on dans la correspondance des autorités ivoiriennes. En conséquence de ce qui précède, précise le document, la relève de la compagnie de protection basée à Mopti ainsi que le déploiement des Officiers d’État (MSO) et des Officiers de Police (IPO), prévus respectivement en octobre et novembre 2022, ne pourront plus être effectués. « De même, la Côte d’Ivoire n’envisage pas relever, en août 2023, les militaires et autres éléments, présents au sein de la force de la Minusma », selon le document.

Les autorités ivoiriennes ont demandé au Département des Operations de Paix (DPO) des dispositions idoines qu’il lui plaira de prendre en vue de la mise en œuvre immédiate de cette décision.

« Le gouvernement ivoirien agrée le plan de retrait ordonné et sécurisé proposé par le DPO et voudrait l’assurer de sa volonté de rester engagé au service de la paix. A cet égard, il est disposé à redéployer les contingents retirés du Mali dans les autres missions onusiennes de maintien de la paix », explique les autorités ivoiriennes.

Les relations ivoirio-maliennes traversent une véritable zone de turbulence depuis le 10 juillet 2022, lorsque 49 soldats ivoiriens ont été arrêtés à l’aéroport de Bamako et considérés comme des mercenaires par les autorités maliennes. Malgré la libération de trois femmes du groupe des 49 militaires ivoiriens arrêtés, le samedi 3 septembre 2022, on assiste à une guerre de « communiqués » entre les deux pays.

M.K. Diakité

Voir Aussi

Ouganda : une application mobile pour surveiller son foetus

Daisy Ankunda est bientôt sur le point d’accoucher. Pendant ce trimestre, elle doit surveiller constamment …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
21 − 10 =