Nancy Pelosi en route pour Taïwan : son Boeing suivi à la trace sur « Flightradar »

La présidente démocrate de la Chambre des représentants des États-Unis a, en dépit des menaces chinoises et russes, poursuivi sa visite officielle en Asie dans ce territoire convoité par Pékin.

La crainte d’une crise géopolitique suivie en direct sur Internet. Grâce au site dédié « Flightradar24 », des dizaines et parfois même des centaines de milliers d’internautes ont observé ce mardi 2 août le parcours de « Spar19 », l’avion à bord duquel Nancy Pelosi a rejoint l’île de Taïwan.

Un déplacement loin d’être anodin. Car dans un contexte de tensions exacerbées entre la Chine et les États-Unis depuis plusieurs années, le fait que la présidente de la Chambre des représentants (et troisième personnage de l’État outre-Atlantique) pose le pied sur ce territoire convoité par Pékin tend un peu plus la relation entre les deux pays.

Atterrissage à 16 h 44 à Taipei ?

La Chine avait mis en garde l’administration américaine, expliquant que les Américains porteront la « responsabilité » d’une visite officielle de cette envergure à Taïwan et qu’ils devront « payer le prix de leur atteinte à la souveraineté et à la sécurité de la Chine ». Une menace à laquelle s’est jointe la Russie, ravie de pouvoir dénoncer une ingérence des États-Unis alors que la guerre en Ukraine se poursuit. Le Kremlin a ainsi évoqué une « provocation ».

Le trajet de Nancy Pelosi a donc passionné ou inquiété les foules. En effet, alors qu’elle envisageait dans un premier temps de se rendre à Taïwan, la figure du parti démocrate avait ensuite laissé planer le doute, sûrement échaudée par les mises en garde chinoises. Tant et si bien que des centaines de milliers d’internautes ont voulu savoir si elle allait effectivement s’y poser après son départ de Kuala Lumpur, en Malaisie, vers 10 heures, heure française, ce mardi.

Et c’est ainsi que parfois près d’un demi-million de personnes ont suivi la progression de « Spar19 », un Boeing C-40C de l’US Air Force, causant des ralentissements sur le site. « En raison d’un intérêt de suivi soutenu sans précédent pour SPAR19, les services Flightradar24 sont soumis à une charge extrêmement lourde. Certains utilisateurs peuvent actuellement rencontrer des problèmes d’accès au site, nos équipes travaillent à restaurer toutes les fonctionnalités à tous les utilisateurs le plus rapidement possible. »

La tour la plus haute du pays, la célèbre Taipei 101, a elle souhaité la bienvenue à la représentante américaine, la remerciant pour son déplacement.

Voir Aussi

Durée de la transition guinéenne : la CEDEAO rejette les 36 mois

Avec le Mali voisin, la Guinée sera au cœur des débats du sommet extraordinaire délocalisé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 − 6 =