Pays-Bas: les estimations donnent les travaillistes en tête

Le leadeur travailliste et commissaire européen Frans Timmermans lors d’un meeting à Barcelone, le 23 mai.

 

Les Pays-Bas étaient, jeudi 23 mai, avec le Royaume-Uni en attente du Brexit, le premier pays membre de l’Union à voter pour élire le nouveau Parlement européen. Et le premier à révéler, selon une enquête sortie des urnes menée pour la chaîne publique NOS, des résultats.

A la surprise générale, c’est le Parti travailliste (PVDA, social-démocrate) qui est arrivé en tête, remportant, selon ces résultats provisoires, cinq (+ 2) des 26 sièges attribués au royaume. Il aurait quasiment doublé le nombre de ses voix, passant de 9,4 à 18,1 %. « Un résultat incroyable », selon Lodewijk Asscher, dirigeant d’une formation qui a accumulé les déconvenues au cours des dernières années. La performance inattendue du parti semble toutefois résulter surtout d’un « effet Frans Timmermans », du nom du premier vice-président néerlandais de la Commission de Bruxelles, tête de liste des socialistes européens pour l’élection. « J’espère que les sociaux-démocrates pourront, partout, démontrer qu’une autre Europe est possible », déclarait-il jeudi soir.

Le « Nexit » a visiblement effrayé

 

L’autre vainqueur de l’élection est le Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD) du premier ministre, Mark Rutte. Il passe de trois à quatre sièges et jubile surtout parce qu’il devance le Forum pour la démocratie (FvD), le parti europhobe et anti-immigrés du juriste Thierry Baudet. La formation de celui-ci remporte trois sièges et quelque 12 % pour sa première participation à une élection européenne, mais elle espérait surtout confirmer sa performance des récentes élections provinciales et sénatoriales et devenir la première du pays. Son plaidoyer pour un « Nexit » a visiblement effrayé une partie de l’électorat.

L’attente du résultat de la confrontation entre les partis de M. Rutte et Baudet a un peu éclipsé les résultats des autres partis. Parmi ceux-ci, les écologistes de GroenLinks passent de deux à trois sièges (10,5 %, + 3,5) tandis que le parti centriste proeuropéen D 66 en garde deux (- 2) et que la gauche radicale (Socialistiche Partij) n’en garde qu’un sur les trois qu’elle possédait. L’Appel chrétien-démocrate (CDA), qui avait remporté l’élection de 2014, passe, lui, de cinq sièges à quatre.

Le plus grand perdant est toutefois le Parti pour la liberté du populiste d’extrême droite Geert Wilders. Littéralement pillée par M. Baudet, sa formation ne garde qu’un de ses 4 sièges et passe de 13,3 % à 4,1 %. Une rude défaite pour cet allié de Marine Le Pen au Parlement de Strasbourg.

Duel à couteaux tirés entre Rutte et Baudet

 

Si la NOS avait confié à l’Institut Ipsos le soin d’établir son sondage à la sortie des urnes, 1 000 volontaires mobilisés par le blog GeenStijl, qui s’autodéfinit comme « tendancieux, non fondé et inutilement blessant », avaient organisé leur propre comptage avec l’aide d’une autre société spécialisée dans les enquêtes d’opinion. L’événement était retransmis en direct par une chaîne de télévision locale, à Amsterdam, et les résultats étaient attendus dans la nuit.

GeenStijl, qui s’était déjà illustré en 2016 en obtenant la convocation d’un référendum sur le traité d’association UE-Ukraine (longtemps bloqué par le vote négatif des Néerlandais), voulait protester contre le fait que les résultats des Pays-Bas ne pourraient, comme d’autres, être dévoilés que dimanche soir, après la fermeture des derniers bureaux de vote européens, en Italie en l’occurrence.

Assez terne et animée essentiellement par des vidéos diffusées par les partis sur les réseaux sociaux, la campagne néerlandaise ne s’est agitée que dans la toute dernière ligne droite. A l’issue d’un débat sans grande surprise entre les têtes de liste des principaux partis, c’est un duel à couteaux tirés qui a opposé Mark Rutte à Thierry Baudet, mercredi 22 mai. Très suivi, il a été inhabituellement violent avec des accusations mutuelles, M. Baudet décrivant son rival comme sans vision et « sans boussole », M. Rutte lui reprochant de faire le jeu de Vladimir Poutine en minimisant l’annexion de la Crimée ou la responsabilité de la Russie dans la tragédie du vol MH17, abattu par un missile au-dessus du territoire ukrainien. La catastrophe avait fait 283 victimes, dont 193 de nationalité néerlandaise.

Affirmant qu’il convoquerait un jour, s’il le pouvait, un référendum sur une sortie des Pays-Bas de l’Union européenne (un « Nexit »), le leadeur souverainiste a également reproché au premier ministre sa condamnation de la Hongrie et de l’Italie pour leur politique migratoire.

Invité à poser une question « d’ordre personnel » au chef du gouvernement, M. Baudet lui a demandé quand il avait pleuré pour la dernière fois. Dominant visiblement sa stupeur, le premier ministre a répondu : « C’était il y a quatre mois, à la mort de ma sœur aînée. » « Mes condoléances », lui a répondu M. Baudet, dont on ignore encore la motivation exacte, sauf à vouloir démontrer que M. Rutte était aussi un dirigeant insensible aux problèmes humains.

 

AfroActu.com

Voir Aussi

Tensions de trésorerie: le ministre sénégalais des finances dément et précise

Le ministère des Finances et du Budget a démenti les informations de presse faisant état …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 × 17 =