Pékin prévient Washington qu’une visite de Nancy Pelosi à Taïwan aurait « des conséquences »

C’est une mise en garde qui trace une vraie ligne rouge : alors que les contacts commerciaux et militaires entre Taïwan et les Etats-Unis provoquent régulièrement la colère de la Chine, Pékin a prévenu Washington qu’une visite de sa cheffe des députés Nancy Pelosi sur l’île aurait « des conséquences ». Ces propos interviennent avant un appel téléphonique prévu ces prochains jours entre le président chinois Xi Jinping et son homologue américain Joe Biden.

La Chine avait prévenu lundi qu’elle se « tenait prête » à répondre à une telle visite. Pékin a réitéré mercredi lors d’un point presse régulier sa « ferme opposition ». « Si les Etats-Unis s’obstinent à défier la ligne rouge de la Chine » avec cette visite à Taïwan, ils « feront face à de fermes mesures en réaction et devront en assumer toutes les conséquences », a averti un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian. Il répondait à une question sur des informations de presse selon lesquelles l’armée américaine augmenterait son activité en Asie-Pacifique en cas de visite de Nancy Pelosi.

Washington prêt à défendre militairement Taïwan ?

Le soutien des Américains à Taipei n’est pourtant pas un secret. Même sans reconnaître officiellement Taïwan, qui n’a d’ailleurs jamais déclaré officiellement son indépendance, considérant être le gouvernement légitime de la Chine, Washington met en avant le statut « démocratique » de l’île. Les envois d’armes se sont multipliés ces dernières années, alors que la Chine se montre menaçante depuis l’élection en 2016 d’une présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, issue d’un parti indépendantiste.

Fin mai, Joe Biden avait même affirmé que les Etats-Unis interviendraient militairement en cas d’invasion de Taïwan par la Chine, avant de revenir sur ses propos. Plusieurs experts craignaient alors que l’opération militaire de Vladimir Poutine en Ukraine ne donne des idées à son homologue chinois. Pékin avait d’ailleurs envoyé des avions de chasse dans la zone d’identification aérienne de Taïwan, et le régime communiste menace toujours de recourir à la force si l’île de 24 millions d’habitants déclare son indépendance. Le patron de la CIA, Bill Burns, a récemment dit que la question n’était plus de savoir si la Chine allait envahir l’île, mais « quand et comment ».

C’est dans ce contexte que Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants et à ce titre l’un des plus hauts personnages de l’Etat américain, envisage malgré tout de se rendre à Taïwan le mois prochain, selon des informations de presse, estimant « important (…) d’afficher un soutien à Taïwan ». Simple hypothèse pour le moment, ce potentiel déplacement fait débat au sein même du gouvernement américain. Fait inhabituel, Joe Biden a lui-même noté la semaine dernière que l’armée américaine jugeait que cette visite n’était « pas une bonne idée ».

Voir Aussi

Guinée : les révélations de l’avocat de Toumba Diakite suite au renvoi de son procès

Ouvert ce mercredi 28 septembre 2022, 13 ans après la commission des faits, le procès …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 × 20 =