Présidentielle française : la fin d’une campagne volatile et insaisissable

Comme si les préoccupations des Français étaient ailleurs… À l’issue d’une campagne frustrante, les sondeurs craignent une forte abstention.

Ainsi s’achève la campagne du premier tour de l’élection présidentielle. Longue pour les uns – 366 jours pour Marine Le Pen -, courte pour les autres – 37 jours pour Emmanuel Macron -, elle laisse un sentiment d’inachevé à bien des observateurs. Malgré un quinquennat perturbé par des événements marquants et structurants («gilets jaunes», confinements, assassinat islamiste de Samuel Paty…) et une recomposition politique permanente (hauts et bas du macronisme naissant, succès des écologistes aux élections locales, résistance de la droite dans ses bastions locaux…), il se conclut par une forme d’atonie du débat public. Ni effervescence ni engouement dans les discussions. Et la promesse, disent les sondeurs, d’un possible record d’abstention dimanche.

Voir Aussi

Guinée : les révélations de l’avocat de Toumba Diakite suite au renvoi de son procès

Ouvert ce mercredi 28 septembre 2022, 13 ans après la commission des faits, le procès …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 × 30 =