Quand l’Aéroport de Conakry porte désormais le nom de Sékou Touré

C’est un nouveau clin d’œil du colonel Mamadi Doumbouya à l’endroit des nostalgiques de la révolution Sékou Touréenne de 1958. Après avoir restitué la résidence du clan Sékou Touré à sa première dame de l’époque, Hadja André Touré, le président de la transition guinéenne a pris un nouveau décret signé le 16 décembre 2021 pour renommer l’Aéroport international de Conakry GBessia (AICG) en « Aéroport international Ahmed Sékou Touré (AIST) ».

Le désormais Aéroport international Ahmed Sékou Touré a été privatisé seulement 3 ans après la disparition du « responsable suprême de la révolution » de la Guinée indépendante et confié par le régime militaire du Colonel Lansana Conté, le 2 novembre 1987, à la SOGEAC (société de gestion et d’exploitation de l’aéroport de Conakry), une société d’économie mixte. Les actionnaires traditionnels qui étaient l’État guinéen (51%) et Aéroport de Paris, ADP (49%) ont évolué trois décennies après.

L’entrée de Africa50 en 2019 dans le capital de la SOGEAC a ouvert une nouvelle ère à l’aéroport de Conakry. La nouvelle convention qui encadre l’actionnariat de la nouvelle société SOGEAG redistribue les cartes avec la perte pour l’État guinéen de sa position d’actionnaire majoritaire : l’État guinéen (34 %), ADP (33%) et Africa 50 (33%). Un rebranding qui intervient donc dans un contexte politique particulier et en pleine restructuration de la SOGEAG avec un ambitieux projet d’extension.

Les nouvelles autorités qui ne sont vraisemblablement pas satisfaites de la gestion d’ADP et qui dénoncent au passage une prestation avec un coût exorbitant ainsi que la dégradation des infrastructures, envisagent d’accélérer le processus de réforme. Cela, à travers un audit technique et financier de la SOGEAG; l’accélération du projet d’extension avec la nouvelle concession de 25 ans de 151 millions de dollars intégrant Africa 50 avec comme objectif final, la certification à la norme OASIS.

Le gouvernement du Premier ministre Mohamed Béavogui a annoncé le renouvellement de la convention de l’ex-SOGEAC qui date de 1987 pour un an, au plus tard le 1er Janvier 2022, en attendant les résultats des audits techniques et financiers de la société.

Voir Aussi

ONU : l’économie mondiale croîtrait de 3,1% en 2022

L’ONU révise à la baisse ses estimations de la croissance mondiale pour cette année. Et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 + 24 =