Rabat/Madrid: 30 millions d’euros pour lutter contre l’immigration clandestine

 

Dans le cadre du renforcement de la coopération bilatérale dans le domaine migratoire et la lutte contre l’immigration clandestine, le trafic de migrants et la traite d’êtres humains, le gouvernement espagnol a acquiescé à la donation d’un montant de 30 millions d’euros au Maroc.

En plus des 140 millions d’euros qui seront octroyés par l’Union Européenne (UE) pour  lutter contre l’immigration illégale qui sévit dans la côte méditerranéenne qui sépare le Maroc de son voisin du nord, les 30 millions, approuvé ce vendredi 19 juillet au Conseil des ministres espagnols, auront pour but d’aider les autorités marocaines à mieux contrôler et gérer ses frontières.

Selon la presse espagnole, cette donation proviendra du Fonds pour les imprévus des budgets, soit un mécanisme destiné à couvrir des dépenses imprévues à savoir les catastrophes naturelles mais aussi les opérations militaires à l’étranger.

Les 30 millions seront donc utilisés, toujours selon la presse espagnole, pour financer les opérations des autorités marocaines dans leurs activités de lutte contre l’immigration illégale dans les côtes espagnoles (carburants, entretien du matériel de patrouille, rémunération du personnel..) en collaboration avec l’Espagne et l’Union Européenne en matière de surveillance des frontières.

Outre ces 30 millions, il y a de cela deux semaines, le gouvernement espagnol a également approuvé, lors d’un Conseil des ministres, un appel d’offres de 26 millions d’euros pour l’acquisition et la livraison d’un lot de 750 véhicules au Maroc ainsi que  15 drones, une dizaine de scanners, radars et autres équipements techniques destinés au renforcement du contrôle des frontières, rapporte la presse espagnole.

Cette livraison figure parmi les 140 millions négociés avec l’Union Européenne et correspond à une partie du budget (40 millions) que l’Espagne doit gérer par l’intermédiaire de la Fondation internationale ibéro-américaine pour l’administration et les politiques publiques (FIIAPP).

 

AfroActu.com

Voir Aussi

Tunisie: Habib Jemli, ou le dilemme d’un gouvernement de consensus

  Le personnage clé de la gouvernance tunisienne proposé par Ennahda, premier parti des dernières …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 − 20 =