RCA: l’ANE aurait des difficultés pour organiser un scrutin à la date prévue

L’Autorité Nationale des Elections (ANE) se retrouve aujourd’hui dans une mission impossible pour réussir le chronogramme électoral dans le délai établi. L’institution est dans une cours contre la montre pour terminer les dernières opérations d’enrôlement des électeurs dans le reste du territoire national et dans les pays étrangers où votera la diaspora avant le 27 septembre 2020.

Entre la possibilité et l’impossibilité de réussir le chronogramme électoral établi, l’ANE a du plan sur la planche. Comme si l’institution se trouve entre le marteau et l’enclume qu’elle doit tout mettre en œuvre pour s’en sortir.

En effet, le corps électoral doit être convoqué dans quelles que semaines afin de permettre la publication de la liste électorale le 27 septembre courant, selon le chronogramme établi.

C’est déjà une équation à plusieurs inconnus que l’Autorité Nationale des Elections doit résoudre pour tenir le pari. Car, l’institution qui charge d’organiser les élections en Centrafrique, n’a pas encore boucler les opérations d’enregistrement des électeurs sur la liste.

Le plus dure est que l’enrôlement des Centrafricains de l’étranger n’a pas encore démarré même l’institution a déjà dépêché des équipes dans les pays retenus pour ces élections.

Par ailleurs, sur le territoire nationale, l’ANE n’a encore bouclé les opérations de l’enrôlement des électeurs dans six (6) des 16 préfectures que compte la République centrafricaine.

Il faut dire que c’est avec beaucoup de difficultés que les opérations de l’enrôlement se sont produites dans certaines localités du pays.

Soit l’ANE accélère le reste des opérations de l’enrôlement dans les deux semaines qui restent pour enfin respecter la position de la Cour Constitutionnelle qui demande la convocation du corps électoral et la publication de la liste électorale le 27 du mois courant, selon le calendrier, soit elle s’arrange avec le ministère de l’administration du territoire comme le préconise la Cour Constitutionnelle s’il y a impossibilité.

En tout cas, le sommeil a quitté les responsables de l’ANE qui doit prendre le taureau par les cornes afin de tenir le pari des élections du 27 décembre 2020.
Tenir les élections du 27 décembre 2020 dans le délai, c’est épargner la République centrafricaine d’une autre crise et c’est de donner la chance à ce pays sorti d’une crise profonde de continuer de marcher sur son chemin de relèvement. Et pour les réussir, c’est un véritable défi que l’institution en charge des élections doit relever.

Voir Aussi

Interdiction du voile intégral: dix ans après, un bilan nuancé dans l’Hexagone

Le Chef de l’Etat français devrait présenter vendredi 2 octobre 2020 les contours de la loi  contre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 + 7 =