Révision constitutionnelle au Sénégal: démarrage de la séance plénière

 

La séance plénière consacrée à l’examen du projet de loi portant révision de la Constitution devant consacrer la suppression du poste de Premier ministre, a débuté samedi à 10h30 à l’Assemblée nationale, en présence du Garde des sceaux, ministre de la Justice, Malick Sall.

Les débats sont dirigés par le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse.

« Ce nouveau envisagé devra permettre au président de la République d’être en contact direct avec les niveaux d’application, de mise en œuvre, de suivi et d’évaluation des politiques publiques », a expliqué le ministre de la Justice dans le rapport général du projet de loi remis à la presse.

La suppression du poste de Premier ministre va permettre d’économiser quelque 193 milliards de FCFA dans les quatre prochaines années, lit-on encore dans l’exposé des motifs

A cet effet, a-t-il précisé, il s’avère opportun d’écourter les processus administratifs jusque-là centrés autour du président de la République.

Le ministre a également assuré que cette réforme se justifie « amplement » compte tenu du temps court dont dispose maintenant le président de la République avec la réduction du mandat de 7 à 5 ans.

Par ailleurs d’autres députés ont déploré l’absence de conversation voire de consensus qui a caractérisé la réforme.

Ils disent que le projet de loi portant révision de la Constitution « aurait pu être versé dans la corbeille du dialogue national auquel appelle le président de la République ».

L’adoption attendue du projet de loi portant révision de la Constitution va entraîner la suppression du poste de Premier ministre dans l’architecture institutionnelle du Sénégal.

Le conseil des ministres du mercredi 17 avril avait, ‘’au titre de l’examen des textes législatifs et règlementaires’’, délibéré et adopté un projet de loi portant révision de la constitution.

Le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne avait annoncé à l’occasion de la formation du nouveau gouvernement, le 7 avril dernier, que le poste de chef du gouvernement est appelé à être supprimé, à terme.

Cela fera ainsi de Mohammed Boun Abdallah Dionne en poste depuis le 06 juillet 2014, la treizième et dernière personnalité à occuper cette fonction. Avant lui, douze personnes ont eu à l’occuper depuis l’indépendance du Sénégal.

 

Afroactu.com

 

Voir Aussi

Violence contre les femmes: la campagne mondiale partira de Marrakech

  C’est de la ville ocre que sera lancée, le 23 novembre, l’édition 2019 de la campagne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 − 5 =