Santé: quels traitements contre le Cancer du côlon?

 

 

Le traitement diffère selon la gravité de la maladie. Dans tous les cas, la tumeur doit être enlevée lors d’une opération chirurgicale. La chimiothérapie n’est pas nécessaire aux stades précoces.Cancer du côlon : quels traitements ?

Après un diagnostic de cancer du côlon, un scanner permet de faire le point sur l’étendue de la maladie. Cet examen va repérer la présence éventuelle de métastases à distance de l’intestin, par exemple dans le foie ou dans les poumons.

Quel que soit le stade de la maladie, la tumeur doit être ôtée lors d’une opération chirurgicale. Celle-ci se déroule sous anesthésie générale. La plupart du temps, l’intervention est pratiquée sous coelioscopie. Le chirurgien pratique plusieurs incisions dans l’abdomen pour y glisser ses instruments, ce qui évite une grande cicatrice. Une hospitalisation de trois à cinq jours est nécessaire. Mais « certains établissements commencent à pratiquer cette intervention en ambulatoire », observe le Pr Pierre Michel, gastro-entérologue au CHU de Rouen et président de la Fédération francophone de cancérologie digestive.

Au cours de l’intervention, le chirurgien enlève la tumeur et les ganglions lymphatiques situés à proximité. Ceux-ci peuvent, en effet, être envahis par des cellules cancéreuses. L’intervention est, le plus souvent, sans conséquence pour le patient. « Quand on ne touche pas au rectum, ce type de chirurgie laisse très peu de séquelles. Certains patients peuvent ressentir une petite accélération du transit. Mais surtout, il n’y a pas besoin de poser une poche », rassure le Pr Michel.

À chaque stade son traitement

L’analyse des tissus prélevés lors de l’opération permettra de déterminer le stade de la maladie, donc sa gravité. Le cancer du côlon est classé en quatre stades, du moins grave au plus préoccupant.

Les cancers aux stades 1, 2 ou 3 ne nécessitent pas d’autre traitement que l’intervention chirurgicale. Le patient va rester sous surveillance pendant cinq ans afin de repérer à temps l’apparition éventuelle de métastases. « Aux stades 1 et 2, le risque de métastase est inférieur à 10 à 15 %. Il est important de souligner qu’une chimiothérapie ne diminuerait pas ce risque », explique le Pr Michel.

Une surveillance étroite

Dans l’année qui suit l’opération, l’état du foie est surveillé par échographie ou scanner, tous les trois-quatre mois. Les examens sont ensuite progressivement espacés.

Parallèlement, une coloscopie est réalisée trois ans après l’opération à la recherche de polypes, de petites tumeurs qui pourraient dégénérer en cancer. Si le résultat est rassurant, la coloscopie sera ensuite répétée tous les cinq ans.

Une chimio dans certains cas

Une chimiothérapie n’est proposée qu’à partir du stade 3, lorsque les cellules cancéreuses ont commencé à se disséminer en dehors de l’intestin.

Au stade 4 de la maladie, en présence de métastases, ce type de traitement permet de ralentir l’évolution du cancer. Il s’agit, selon l’expression du Pr Michel de « grignoter du temps sur la maladie ». Dans certains cas, malheureusement rares, les métastases situées dans le foie ou le poumon peuvent être opérées. « On gagne encore plus de temps sur la maladie et certains patients peuvent même guérir », précise le gastro-entérologue.

L’immunothérapie, un espoir

Autre traitement, l’immunothérapie (qui stimule les défenses immunitaires du patient) est réservée à des cas très particuliers. « L’immunothérapie fonctionne dans un tout petit nombre de cancers du côlon, c’est-à-dire dans 10 à 15 % des cancers aux stades 1 à 3 et dans 5 % des stades 4 », constate le Pr Michel qui ajoute : « Une étude française est en cours pour confirmer la supériorité de l’immunothérapie par rapport au traitement classique, avec des courbes de survie très supérieures à la chimiothérapie. » Résultats dans un ou deux ans.

 

Afroactu.com 

Voir Aussi

L’Etat du Sénégal invité à mettre en place une carte médicale numérisée

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à la vie privée (UNSRP), Sean …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 ⁄ 3 =