Sommet de la CEDEAO à New York : loin des yeux, près des nerfs pour Goïta et Doumbouya

En marge de la 77ème Assemblée générale des Nations Unies dont les travaux se sont ouverts ce mardi 20 septembre à New York, aux Etats-Unis, la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) tiendra le jeudi 22 septembre à 17 heures, heure de New York, une session extraordinaire délocalisée.

A l’ordre du jour de ce sommet exceptionnel, initié par le président Bissau-guinéen et président en exercice de l’organisation sous-régional, Umaro Sissoko Embalo, sont inscrits, entre autres, la question des 46 soldats ivoiriens interpellés à Bamako et l’évaluation de la transition en Guinée et au Mali. Deux pays où le processus semble marquer le pas depuis la prise du pouvoir par les militaires. A l’exception du Burkina Faso. En plus, des dirigeants des Etats de la CEDEAO, prendra part à cette réunion, la ministre française de l’Europe, des Affaires Etrangères, Catherine Colonna.

Toutefois, faut-il souligner que le président de la junte guinéenne a pris, à la veille de la tenue de cette réunion extraordinaire de la CEDEAO, un important décret instituant un cadre de dialogue inclusif. Comme l’avait longtemps exprimé une large partie de la classe politique guinéenne, en l’occurrence l’UFR, L’UFDG, le RPG Arc-en-ciel…

Ce pas de franchis par le colonel Doumbouya à l’aune de cette rencontre de New York, saura-t-il l’épargner l’épouvantail d’une sanction tant redoutée à Conakry ?  Wait and see.

Voir Aussi

Durée de la transition guinéenne : la CEDEAO rejette les 36 mois

Avec le Mali voisin, la Guinée sera au cœur des débats du sommet extraordinaire délocalisé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 ⁄ 7 =