Sri Lanka: plus de 120 morts lors d’explosions dans des églises et des hôtels

Plusieurs explosions ont eu lieu, dimanche 21 avril, dans des hôtels et des églises du Sri Lanka, où était célébrée la messe de Pâques.

Selon un bilan provisoire, établi par un responsable de la police, l’attaque a fait au moins 129 morts et des centaines de blessés.

Les déflagrations ont visé trois hôtels de luxe, mais également trois églises. Parmi elles, le sanctuaire Saint-Anthony, église catholique romaine située dans l’archidiocèse de Colombo, la capitale, mais aussi l’église Saint-Sébastien de Negombo, localité au nord de Colombo, et l’église de Batticaloa, à l’est de l’île.

Ces actes n’ont pour l’instant pas été revendiqués.

« Venez nous aider »

Au total, six lieux ont été le théâtre d’explosions, selon la police.

Au moins une des victimes a péri dans l’attaque du Cinnamon Grand Hotel de Colombo, lequel se trouve près de la résidence officielle du Premier ministre srilankais.

Un reponsable de l’hôpital national de Colombo a affirmé que 160 personnes, blessées dans l’explosion de l’église Saint-Anthony, ont été admises à l’hôpital national de Colombo suite à l’attaque. À Batticaloa, troisième église prise pour cible, ce sont 300 personnes qui auraient été blessées, selon l’hôpital local.

Dans un message en anglais posté sur la page Facebook de Saint-Sébastien de Katuwapitiya, les fidèles de l’église de Negombo ont appelé à l’aide. « Attentat contre notre église, s’il vous plaît, venez nous aider si des membres de votre famille s’y trouvent ». Très touristique, la ville de Negombo, située au nord de Colombo, non loin de l’aéroport international, recense une forte minorité catholique.

7% de chrétiens

Le Sri Lanka, pays à majorité bouddhiste, compte 1,2 millions de catholiques sur 21 millions d’habitants dont 70% sont bouddhistes, 12% sont hindouistes et 10% sont musulmans. Les chrétiens ne représentent que 7% de la population.

Généralement perçus comme une force unificatrice, les chrétiens sont toutefois mal vus du fait de leur soutien à des enquêtes extérieures sur les crimes de l’armée srilankaise contre les Tamouls pendant la guerre civile (1972-2009) et a fait, selon l’Organisation des Nations unis, entre 80.000 et 100.000 morts.

En janvier 2015, vingt ans après son prédécesseur Jean-Paul II, le pape François avait réalisé une visite sur l’île au cours de laquelle il avait célébré une messe devant un million de participants rassemblés à Colombo, foule la plus importante rassemblée lors d’une manifestation publique, selon la police de la capitale.

Dans son sermon, le pape avait notamment insisté sur la liberté de croire sans contrainte dans un pays blessé par les tensions ethniques et interreligieuses depuis plusieurs décennies.

AfroActu.com

Voir Aussi

UMOA: 1431,9 milliards de FCFA de prêts alloués par les SFD à fin juin 2019

  L’encours des crédits alloués par les Systèmes financiers décentralisés (SFD) de l’Union monétaire ouest …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 5 =