Transplantation rénale au Sénégal: les membres du comité national de don d’organes bientôt nommés

Les membres du Comité national de don d’organes, structure chargée de réguler la transplantation rénale au Sénégal, vont être bientôt nommés par décret présidentiel, a annoncé le directeur de la lutte contre maladie, Docteur Amadou Doucouré.

‘’Le comité est déjà en place mais les personnes qui le composent

ne sont pas encore nommées même si elles sont déjà identifiées. Ces membres doivent être d’une certaine probité morale et répondre à des critères précis’’, a souligné le directeur de la lutte contre la maladie, Docteur Amadou Doucouré.Intervenant mardi lors du point de presse organisé en prélude à la journée mondiale du rein, il a précisé que ‘’ces personnes vont être nommées par décret présidentiel’’.

L’édition 2019 de la journée mondiale du rein sera célébrée ce jeudi 14 mars, à l’hôpital de Pikine, sur le thème ‘’ des reins en bonne santé pour tous, partout’’.

En plus de la nomination par décret présidentiel des membres du comité national de don d’organes, Dr Doucouré a affirmé ‘’qu’en 2019, une enquête de prévalence va être menée dans tout le pays pour connaître le nombre exact de personnes souffrant de maladies rénales au Sénégal’’.

Selon lui, ‘’ actuellement au Sénégal, toutes les régions disposent d’un centre de dialyse avec 753 dialysés dans le public. Une liste d’attente de 800 personnes est tout de même sur place’’.

Docteur Elhadji Fary Kâ , néphrologue à l’hôpital Aristide Le Dantec, a profité de cette occasion pour appeler ‘’ à la promotion de la prévention primaire de la maladie rénale dont la prise en charge médicale est difficile et onéreuse’’.

Cette prévention passe, selon lui, ‘’ par un bon suivi et un contrôle optimal de l’hypertension artérielle et du diabète, un traitement précoce et correct des obstructions urinaires et éviter l’automédication’’.

Revenant sur l’insuffisance rénale, il a souligné ‘’qu’il y a deux types d’insuffisance rénale telles que l’insuffisance rénale aigue provoquant une perte brutale réversible des fonctions du rein et l’insuffisance chronique causant une perte progressive et définitive des fonctions du rein, avec des lésions irréversibles.

Ainsi, pour le néphrologue, ‘’ compte tenu du caractère silencieux de l’affection, un dépistage est nécessaire passant par un contrôle de la pression, une consultation en cas d’apparition d’œdème des membres inférieurs, la recherche de protéine dans les urines et un dosage de la créatinine’’.

‘’La prévention primaire est possible dans la plupart des cas pour cette maladie qui touche une personne adulte sur 10 et qui consomme 2 à 3% de budget alloué à la santé ‘’ a lancé Dr Elhadji Fary Kâ.

La loi relative au don, prélèvement et à la transplantation d’organes et aux greffes de tissus humains a été votée le 8 décembre 2015.

Afroactu.com

Voir Aussi

Festival de Cannes: Maïmouna Ndiaye vit un « quotidien tout à fait normal »

La Burkinabé Maïmouna Ndiaye, seule africaine dans le jury officiel du 72 e festival de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
1 × 17 =