UEMOA: hausse de 2585,7 milliards de FCFA des créances intérieures en 2018

 

L’encours des créances intérieures des institutions de dépôts de  l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) a augmenté de 2.585,7 milliards de FCFA (soit 3,878 milliards d’euros) à fin décembre 2018  comparé  à son niveau à fin décembre 2017, selon les données de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

Cet encours s’est situé à 30.023,8 milliards de FCFA durant la période sous revue contre 27.438,1 milliards de FCFA à fin décembre 2018, soit une progression de 9,4%. « Cette évolution est induite par l’effet combiné de la consolidation des créances nettes sur l’Administration Publique Centrale (APUC) et des crédits aux autres secteurs des économies de l’Union », avance la BCEAO.

Les créances nettes des institutions monétaires sur l’Administration Publique Centrale se sont en effet établies à 7.960,8 milliards de FCFA à fin décembre 2018, en hausse de 684,0 milliards de FCFA par rapport à leur niveau à fin décembre 2017. La progression fait suite  à l’accroissement des dettes des Etats à l’égard des banques (890,8 milliards). Sur la même période, un an plus tôt, la Banque Centrale souligne que les créances nettes des banques sur les Etats avaient augmenté de 949,1 milliards de FCFA.

Concernant les concours des institutions de dépôt à l’économie, ils se sont accrus, au terme de l’année 2018, de 1.901,7 milliards de FCFA, pour s’établir à 22.063 milliards de FCFA à fin décembre 2018, après 20.161,2 milliards de FCFA à fin décembre 2017.

Au Bénin, l’encours des crédits à l’économie a enregistré une hausse de 253,0 milliards de FCFA, pour ressortir à 1.584,0 milliards de FCFA. Au Burkina, ces mêmes concours ont enregistré une hausse de 295,9 milliards de FCFA  pour ressortir à 2.666,1 milliards de CFA contre 2.370,2 milliards de FCFA  en  2017.

En Côte d’Ivoire, le niveau des concours des institutions de dépôt à l’économie s’est renforcé de 708,7 milliards de FCFA en s’établissant à 7.018,3 milliards de FCFA contre 6.309,6 milliards de FCFA en 2017.

Les créances des institutions de dépôt de la Guinée-Bissau sur les autres secteurs résidents ont aussi évolué à la hausse (+2,6%), ressortant à 103 milliards de FCFA à fin décembre 2018.

Pour le Mali par contre, les crédits à l’économie ont enregistré une légère baisse de 0,1% en passant de 2.560 milliards de FCFA en 2017 à 2.557 milliards de FCFA  un an plus tard.

Au Niger, ces créances se sont également contractées de 4,5%, ressortant à 851 milliards de FCFA en 2018.

Quant au Sénégal, l’encours des créances sur les secteurs résidents autres que l’Administration Centrale a augmenté de 66 milliards de FCFA, en ressortant à 4.275 milliards de FCFA à fin décembre 2018 après 4.209,1 milliards de FCFA à fin décembre 2017.

Au Togo, les concours à l’économie ont augmenté de 48,8 milliards pour ressortir à 1.225,7 milliards de FCFA.

AfroActu.com

Voir Aussi

L’Etat du Sénégal invité à mettre en place une carte médicale numérisée

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à la vie privée (UNSRP), Sean …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 × 14 =