Usa-Iran: dos au mur, Rohani cherche des marges de manœuvre

Salué par la branche ultraconservatrice après ses vifs échanges avec Donald Trump, le président iranien, Hassan Rohani, se retrouve dans une situation inconfortable. En effet, le chef d’État américain a proposé lundi 30 juillet la tenue de discussions au plus haut niveau, après avoir proféré des violentes menaces contre Téhéran quelques jours plus tôt.

L’escalade rhétorique entre les dirigeants iranien et américain apparaît comme une aubaine pour les ultraconservateurs, farouchement anti-américains. « Fragilisé sur le plan économique depuis l’échec de l’accord sur le nucléaire iranien, Rohani [un modéré, NDLR] a dû donner des gages aux conservateurs. Pour lui, pour les gardiens de la Révolution et le Guide suprême, il n’y a aucun intérêt à répondre à l’offre de dialogue avec Trump. Il faudrait a minima que les États-Unis reviennent dans l’accord sur le nucléaire », analyse François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France en Iran.

Escalade verbale en tweets entre Donald Trump et les dirigeants iraniens

Rohani fragilisé de toutes parts

Pressé par les manifestations contre la chute du rial, le président iranien est également pris en étau entre les conservateurs et les réformateurs. Plusieurs proches de Rohani, se faisant l’écho de nombreux intellectuels iraniens, le poussent à dialoguer avec Washington pour négocier un assouplissement de la pression économique américaine sur le pays. Il faut dire que la crise dans laquelle se retrouve plongée l’Iran a été très nettement aggravée par les réactions du marché à l’approche de la première salve de sanctions américaines prévues pour le 6 août.

France 24

 

Voir Aussi

200 milliards de FCFA dans les caisses du trésor public sénégalais

  C’est un record qu’a réalisé la Direction générale de la comptabilité publique et du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =