Etats-Unis: l’affrontement entre Donald Trump et les démocrates…

Le président américain a menacé, mercredi, de geler toute forme de collaboration avec les démocrates tant que ces derniers n’auront pas mis fin à leurs investigations.

Nancy Pelosi s’adresse à la presse, après son rendez-vous avec Donald Trump à la Maison Blanche à Washington, le 22 mai.

 

Claquements de portes, menaces, dénégations outrées : la crise larvée entre le président des Etats-Unis et les démocrates du Congrès s’est enrichie d’un nouvel épisode spectaculaire, jeudi 22 mai. Celui-ci a aggravé la défiance entre les deux camps, confrontés plus que jamais à l’hypothèse périlleuse d’une procédure de destitution (impeachment).

Donald Trump avait invité à la Maison Blanche en fin de matinée la speaker (présidente) de la Chambre, Nancy Pelosi (Californie) et le chef de la minorité sénatoriale Chuck Schumer (Etat de New York). Il s’agissait d’évoquer le financement d’un vaste projet de modernisation des infrastructures américaines, en souffrance depuis des décennies.

Mais lorsque le président s’est avancé avec un quart d’heure de retard dans la salle de réunion où patientaient ses invités, il n’a été question ni de ponts ni de routes. Sans saluer personne ni même s’asseoir, Donald Trump a pesté contre la multiplication des enquêtes le visant émanant de la Chambre des représentants – conformément au pouvoir de contrôle de l’exécutif dont dispose cette dernière. Il s’est également indigné des accusations de « dissimulation » avancées plus tôt dans la journée par Nancy Pelosi au terme d’une réunion interne des démocrates de la Chambre.

Offensive démocrate

Au bout d’une poignée de minutes, le président a tourné les talons pour tenir une brève conférence de presse hâtivement organisée dans la roseraie de la Maison Blanche, utilisée d’ordinaire pour des manifestations à caractère protocolaire. Il a alors réitéré ses critiques, menaçant de geler toute forme de collaboration avec les démocrates tant que ces derniers n’auront pas mis fin à leurs investigations.

Depuis que les républicains ont perdu leur majorité à la Chambre, en novembre 2018, l’administration Trump fait face à une offensive en règle. Elle y a répondu par une cascade de refus concernant les auditions demandées de collaborateurs ou la livraison de documents, ainsi que par la multiplication de procédures en justice.

Les démocrates visent notamment le rapport rendu en mars par le procureur spécial Robert Mueller sur les interférences prêtées la Russie pendant la présidentielle de 2016. Ils soupçonnent l’attorney general (ministre de la justice) William Barr, nommé par Donald Trump, d’en avoir fait une lecture biaisée. Ce dernier a ainsi jugé que ce rapport exonérait le président de soupçons de collusion et d’obstruction.

 

Afroactu.com

Voir Aussi

Tensions de trésorerie: le ministre sénégalais des finances dément et précise

Le ministère des Finances et du Budget a démenti les informations de presse faisant état …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 − 4 =