Visite de travail : la ministre allemande des affaires étrangères attendue à Rabat, ce jour

Accompagnée de députés et de responsables de son département, la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock devrait tenir, ce mercredi 24 août 2022 à Rabat, une réunion élargie avec son homologue Nasser Bourita. Celui-ci s’est récemment entretenu avec la cheffe de la diplomatie allemande pour préparer cette visite, qui vise à consolider la coopération bilatérale dans plusieurs domaines.

Il n’est pas exclu, estime-t-on, que Annalena Baerbock soit également reçue par d’autres membres du gouvernement.

Le développement de coopération énergétique, tout particulièrement en ce qui concerne l’hydrogène vert figurera, a-t-on indiqué, au centre de ces entretiens bilatéraux. Le Royaume, qui pourrait entamer la production d’hydrogène vert Made in Morocco d’ici trois ans, dispose tous les atouts pour s’ériger en exportateur de cette énergie propre vers l’Union européenne.

Il faut rappeler que la relance de la coopération maroco-allemande, gelée par Rabat en raison de «malentendus profonds» avec Berlin au sujet de la question du Sahara marocain, est intervenue suite à l’arrivée au pouvoir du chancelier Olaf Scholz.

Le gouvernement de Berlin estime désormais que «le Maroc a apporté une contribution importante au règlement de cette question en 2007 avec le plan d’autonomie». Berlin a ajouté que «le Royaume du Maroc est, tant sur le plan politique, culturel et économique, un trait d’union entre le Nord et le Sud», et que «le pays est un partenaire essentiel de l’Union européenne et de l’Allemagne en Afrique du Nord», un pays qui a «entrepris de vastes réformes» et qui «joue un rôle important pour la stabilité et le développement durable de la région».

Dans son dernier discours, lors de la commémoration de la Révolution du Roi et du Peuple, samedi 20 août 2022, le roi Mohammed VI avait cité l’Allemagne parmi les pays dont le positionnement est constructif à l’égard de l’initiative d’autonomie du Maroc. Le Souverain avait énuméré, outre l’Allemagne, d’autres pays européens comme la Hollande, le Portugal, la Serbie, la Hongrie, Chypre et la Roumanie. Ce positionnement, avait déclaré le Roi, «contribuera à poser un nouveau jalon dans les relations de confiance avec ces nations amies, à renforcer le partenariat de qualité qui les lie à notre pays».

Mohamed Chakir Alaoui

 

 

Voir Aussi

Durée de la transition guinéenne : la CEDEAO rejette les 36 mois

Avec le Mali voisin, la Guinée sera au cœur des débats du sommet extraordinaire délocalisé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
42 ⁄ 21 =