Afrique du Sud : qui sont les principaux candidats aux élections

Après avoir dominé la vie politique sud-africaine pendant 30 ans, le Congrès national africain (ANC), parti au pouvoir, sera confronté ce mois-ci à ses élections les plus difficiles, la plupart des sondages prévoyant qu’il perdra sa majorité parlementaire pour la première fois.

Autrefois admiré sous la direction de Nelson Mandela et considéré comme une lueur d’espoir par la majorité noire après la chute de l’apartheid en 1994, l’ANC a vu sa réputation écornée par des taux de chômage record, une pauvreté généralisée, l’effondrement de certains services publics et plus d’une décennie de scandales de corruption, ce qui a désillusionné les électeurs.

Le président Cyril Ramaphosa espère que le scrutin du 29 mai conduira à sa réélection. Mais si l’ANC perd sa majorité, il sera contraint de former une coalition pour former un gouvernement, ce qui serait également une première pour le pays et pourrait compliquer l’élaboration des politiques dans l’économie la plus avancée d’Afrique.

Les Sud-Africains n’élisent pas directement leur président, mais votent pour des partis qui se voient attribuer des sièges au Parlement en fonction de leur part du scrutin. Les députés choisissent ensuite le chef de l’État.

Alors que l’Afrique du Sud se prépare à l’éventualité du changement le plus important depuis la fin de l’apartheid, voici les principaux partis et acteurs de l’élection :

Un président sous pression

Cyril Ramaphosa a été une figure importante de l’ANC au début des années 1990 et a été considéré comme un protégé de M. Mandela. Il a quitté la politique pour devenir un homme d’affaires prospère avant de redevenir vice-président de l’Afrique du Sud en 2014. Il est devenu président en 2018 après la démission de Jacob Zuma à la suite d’allégations de corruption.

M. Ramaphosa a tenté de redorer le blason de l’ANC en s’attaquant à la corruption au sein du gouvernement. Cependant, le chômage a augmenté à 32% pendant sa présidence – le plus élevé au monde – tandis qu’il a lutté pour endiguer la pauvreté. Une crise de l’électricité a entraîné des coupures de courant dans tout le pays, qui compte 62 millions d’habitants, en raison de défaillances de l’entreprise publique de distribution d’électricité. 

Cette crise a gravement nui à l’économie et à la réputation de M. Ramaphosa en tant que personne capable de résoudre les problèmes de l’Afrique du Sud, même si les pannes sont considérées comme le résultat d’une mauvaise gestion sous l’administration de M. Zuma.

L’ANC devrait encore remporter la plus grande partie des suffrages, mais s’il obtient moins de 50% des voix comme prévu, il aura besoin de l’aide de ses partenaires de coalition pour réélire M. Ramaphosa, âgé de 71 ans.

Le principal leader de l’opposition

John Steenhuisen est le chef du principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique. Le parti centriste DA a promis de « sauver » l’Afrique du Sud de ce qu’il appelle la corruption et la mauvaise gestion de l’ANC, mais il n’a jamais réussi à remporter une élection nationale. Lors des dernières élections générales de 2019, la DA a obtenu 22% des voix, contre 62% pour l’ANC.

La DA a conclu un accord préélectoral avec les petits partis d’opposition, dans l’espoir que leurs voix combinées lui permettraient d’obtenir une majorité et d’écarter l’ANC. Mais il faudrait que tous les partis augmentent leur part de manière significative, ce qui est considéré comme peu probable.

M. Steenhuisen, 48 ans, est le seul dirigeant blanc des principaux partis politiques sud-africains. Dans un pays où la question raciale est encore au premier plan de la conscience nationale, ses détracteurs estiment que la DA représente davantage les intérêts de la minorité blanche que ceux des 80% de Sud-Africains noirs.

Un marxiste incendiaire

Les **Combattants pour la liberté économique (EFF)**ont connu une ascension rapide pour devenir le troisième plus grand parti d’Afrique du Sud au Parlement depuis qu’ils ont été créés en 2013 par Julius Malema, un ancien dirigeant de la jeunesse de l’ANC qui a été expulsé du parti au pouvoir. Sa rhétorique enflammée d’extrême gauche a fait de cet homme de 43 ans l’homme politique le plus contesté d’Afrique du Sud, mais son message selon lequel l’ANC a laissé tomber les Sud-Africains noirs et pauvres a gagné du terrain, en particulier auprès des jeunes chômeurs et des jeunes mécontents.

L’EFF a appelé à la nationalisation des mines et à la redistribution des terres aux Noirs pauvres. Le parti, qui suit une idéologie marxiste, affirme qu’une inégalité économique fondée sur la race persiste des décennies après l’apartheid, les Blancs étant généralement riches et les Noirs toujours pauvres.

Malema et d’autres députés de l’EFF ont régulièrement interrompu les discours des opposants au Parlement et ont été impliqués dans des bagarres avec les agents de sécurité dans l’hémicycle, apportant une marque de politique militante au cœur de la démocratie sud-africaine. L’EFF est un partenaire de coalition possible pour l’ANC, bien qu’aucun des deux partis n’ait indiqué si un accord avait été conclu.

Zuma retourne

L’ancien président Zuma a ajouté une nouvelle dimension lorsqu’il a annoncé en décembre qu’il tournait le dos à l’ANC qu’il avait dirigé et qu’il revenait à la politique avec un nouveau parti.

Le parti MK de Zuma ne devrait pas s’attaquer aux trois premières places, mais il devrait continuer à éroder les voix de l’ANC au moment même où le parti au pouvoir est confronté à son test électoral le plus difficile. L’ancien dirigeant, âgé de 81 ans, bénéficie toujours d’un certain soutien, en particulier dans sa province natale du KwaZulu-Natal.

Sa réapparition a également suscité des inquiétudes quant à la sécurité des élections, après que sa condamnation pour outrage au tribunal et sa peine de prison en 2021 ont déclenché une semaine d’émeutes et de pillages qui ont entraîné la mort de plus de 350 personnes dans les pires violences en Afrique du Sud depuis les derniers jours troublants de l’apartheid.

Zuma est impliqué dans une bataille judiciaire pour savoir si sa condamnation pénale l’empêche de se présenter comme candidat au Parlement. On craint des troubles s’il est disqualifié. Même s’il ne l’est pas, sa nouvelle réputation d’agitateur risque d’accroître les tensions autour d’une élection cruciale.

Voir Aussi

Paris : l’engagement du Chef de l’État sénégalais en faveur de la campagne de GAVI pour la souveraineté vaccinale

Le chef de l’Etat sénégalais, Bassirou Diomaye Faye s’est engagé, jeudi à Paris, à œuvrer …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *