Burkina : des activistes arrêtés pour « incitation à un attroupement armé »

Six personnes, dont des acteurs de la société civile au Burkina Faso, ont été interpellées et placées en garde à vue pour « association de malfaiteurs »« divulgation de fausses informations » et « incitation à un attroupement armé ou non armé », a annoncé dimanche le procureur Harouna Yoda.

Début mai, la Division des Investigations Criminelles (DIC) avait lancé une enquête après la diffusion de messages audios sur les réseaux sociaux appelant à brûler le palais du Mogho Naaba, chef traditionnel des mossis, l’ethnie majoritaire au Burkina Faso.

« Les investigations ont conduit à ce jour à l’interpellation et à la mise en garde à vue de six personnes qui sont pour la plupart des acteurs d’organisations de la société civile », a écrit M. Yoda, le procureur du tribunal de grande instance de Ouagadougou, dans un communiqué.

« Les personnes déjà interpellées et gardées à vue ainsi que celles qui pourraient l’être dans les prochains jours ne sont nullement poursuivies pour leurs opinions. Elles sont interpellées parce que des indices concordants nous fondent à croire qu’elles ont commis des faits graves », a-t-il souligné.

Le 2 mai, un premier audio avait dépeint le Mogho Naaba comme un opposant au régime du capitaine Ibrahim Traoré, au pouvoir depuis un putsch en septembre 2022.

Le lendemain, deux audios avaient suivi annonçant une attaque imminente contre le palais du monarque et appelant cette fois à s’y opposer.

Selon le procureur, ces divers messages audios ont en réalité été envoyés par les mêmes personnes dans le but de provoquer « un affrontement entre partisans et adversaires du Mogho Naaba avec des conséquences lourdes ».

Le magistrat a également indiqué dimanche que le leader d’un mouvement pro-régime, Mohamed Sinon, a été interpellé pour « diffamation et mise en danger de la vie d’autrui ». Il est accusé d’avoir affirmé que la gendarmerie nationale ne s’investissait pas « à cent pour cent » dans la lutte contre les djihadistes.

Il avait récemment été condamné à deux ans de prison avec sursis pour avoir menacé de mort un célèbre journaliste.

Le Burkina Faso, théâtre de deux coups d’Etat militaires en 2022, est pris depuis 2015 dans une spirale de violences djihadistes apparues au Maliet au Niger quelques années auparavant et qui s’est étendue au-delà de leurs frontières. Une cinquantaine de civils ont été tués cette semaine, dans diverses parties du pays.

Depuis sept ans, les violences ont fait plus de 10 000 morts – civils et militaires – selon des ONG, et quelque deux millions de déplacés internes.

Voir Aussi

Nigéria : manifestations contre la cherté de la vie

Mardi, le syndicat nigérian du travail a entamé une protestation de deux jours à Lagos. Les …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 ⁄ 2 =


Disponible sur Google Play

Articles récents